1996

Le FIFF, fort de son ouverture sur le monde, propose cette année deux hommages ensoleillés et engagés, l’un au cinéma des Dom-Tom, l’autre au cinéma algérien. La section documentaire permet de découvrir des noms incontournables du genre en Francophonie, de Thierry Michel (Belgique) à Nicolas Philibert (France), en passant par Alain Tanner (Suisse) ou Samba Felix N’diaye (Sénégal). On n’est presque pas surpris de se souvenir que le Bayard d’or du meilleur film revient à « La Promesse » des frères Dardenne. On imagine que la tâche fut presque aisée pour le jury présidé par Marisa Berenson, tant ce deuxième long ressemble à une fulgurance, mieux, une évidence qui marque d’une empreinte indélébile le cinéma belge, et crée un style, maintes fois imité, pour le pire et pour le meilleur. Le Bayard d’Or du meilleur comédien revient quant à lui à celui qui deviendra le parrain et l’allié indéfectible du Festival, Olivier Gourmet.

« Encore » de Pascal Bonitzer (France), « La Promesse » de Jean-Pierre & Luc Dardenne (Belgique), « Miel et cendres » de Nadia Fares (Suisse/ Tunisie), « Nenette et Boni » de Claire Denis (France), « Salut cousin ! » de Merzak Allouache (Algérie), « Un été à la goulette » de Ferid Boughedir (Tunisie/ France/ Belgique), « Y aura-t-il de la neige à Noël? » de Sandrine Veysset (France), « Donka, radioscopie d'un hôpital africain » de Thierry Michel (Belgique), « La Moindre des choses » de Nicolas Philibert (France), « Les Hommes du port » de Alain Tanner (Suisse), « Ngor, l'esprit des lieux » de Samba Felix N'diaye (Sénégal), « Ponette » de Jacques Doillon (France), « Sa vie à elle » de Romain Goupil (France), « Le Huitième jour » de Jaco Van Dormael (Belgique), « Un divan à New York » de Chantal Akerman (Belgique), « Nostalgie à la campagne » de Dang Nhat Minh (Vietnam/ France)

 

 

2013 © Festival International du Film Francophone de Namur

Création du site Internet par Expansion