1998

François Ozon n’aura pas mis longtemps à revenir : le revoici déjà avec « Sitcom ». Et ce n’est que le début d’une longue carrière dont la productivité n’a d’égale que celle d’un Woody Allen ! C’est avec un plaisir non dissimulé que les namurois retrouvent Moussa Touré, qui leur présente son nouveau long, « TGV », road movie rocambolesque entre Dakar et Conakry. Les Namurois sont d’ailleurs à la fête, puisqu’on leur dédicace une nuit entière, rythmée par les facéties de Benoît Poelvoorde, et les œuvres des cinéastes du cru. Le jury, présidé par le pince-sans-rire comédien suisse Jean-Luc Bideau, remet son grand Prix à « Un 32 août sur la terre » du québécois Denis Villeneuve.

Au programme…

« La Classe de neige » de Claude Miller (France), « L'Ecole de la chair » de Benoît Jacquot (France), « Max et Bobo » de Frederic Fonteyne (Belgique), « Seul contre tous » de Gaspar Noe (France), « Sitcom » de François Ozon (France), « TGV » de Moussa Touré (Sénégal), « Un 32 août sur terre » de Denis Villneuve (Québec), « Voleur de vie » de Angelo Yves (France), « Le 11e commandement » de Mama Keïta (France), « Pièces d'identité » de Mweze Dieudonne Ngangura (Congo/Belgique), « Requiem » de Alain Tanner (Suisse), « Vidange » de Jean-Pierre Mocky (France), « Fermeture de l'usine Renault à Vilvoorde » de Jan Bucquoy (Belgique), « Hors-Jeu » de Karim Dridi (France), « La Vie sur terre » de Abderrahmane Sissako (Mauritanie)

2013 © Festival International du Film Francophone de Namur

Création du site Internet par Expansion