2000

Cette 15ème édition est à la fois l’occasion de regarder dans le rétroviseur, notamment avec la remise du Bayard des Bayards à « La Promesse » des frères Dardenne, mais aussi un retour dans le futur, avec l’éclosion de futurs grands, notamment grâce à la compétition court métrage. Les deux prix sont d’ailleurs remis à des auteurs qui reviendront très vite et avec brio à Namur. Le Prix du meilleur court métrage belge est remis à Olivier Masset-Depasse pour « Chambre Froide » (il reviendra notamment avec « Cages » en 2006, et cette année avec « Illégal »), et le Prix du meilleur court métrage international est remis à « Walking on the Wild Side » d’Abel & Gordon, qui enchanteront le public namurois avec « L’Iceberg » et « Rumba ». On retrouve également dans la compétition les frères Malandrin, ou encore Lionel Baier. Le Prix Emile Cantillon de la meilleure première œuvre est quant à lui remis à Abdellatif Kechiche, que l’on retrouve avec sa toute nouvelle casquette de réalisateur.

Au programme…

« Ali Zaoua » de Nabil Ayouch (Maroc/ France/ Belgique) ; « La Faute à Voltaire » de Abdel Kechiche (France) ; « L’Invention de l’Amour » de Claude Demers (Québec) ; « La Saison des Goyaves » de Dang Nhat Minh (Vietnam) ; « Princesses » de Sylvie Verheyde (France/ Belgique) ; « Que faisaient les femmes pendant que l’homme marchait sur la lune ? » de Chris Vander Stappen (Belgique/ France/ Québec/ Suisse) ; « La Saison des Hommes » de Moufida Tlatli (Tunisie/ France) ; « La Captive » de Chantal Akerman (Belgique/ France) ; « Les Destinées Sentimentales » de Olivier Assayas (France) ; « Lumumba » de Raoul Peck (Haïti/ Belgique/ France). 

Ils nous l'ont raconté...

Floria Hennès, responsable de l’accueil et du protocole.

Il y a un peu plus de 10 ans, le festival se passait encore à la rue de Fer.  J’assurais l’accueil à une réception et une comédienne bien connue fait savoir qu’elle ne veut ni boire, ni manger les choses qui lui sont présentées, mais qu’elle veut bien une banane…Nous sommes dimanche début de soirée, et autant vous assurer qu’il n’y a pas de commerce ouvert, ou du moins pas ceux où acheter le fruit recherché !

Au terme d’une trentaine de minutes, et grâce à une demi-douzaine de personne sur le coup, nous avons porté à notre invitée la précieuse collation trouvée chez un restaurateur surpris et sympa de nous faire tellement plaisir pour une raison pareille. L'accueil des invités, c'est presque une religion au FIFF!

 

Raoul Peck, Eriq Ebouaney, Emma De Caunes et Natacha Régnier

 

Edouard Baer, Dang Nhat Minh

2013 © Festival International du Film Francophone de Namur

Création du site Internet par Expansion