2009

Dans les rues de Namur, une drôle d'équipée sauvage déambule, entre rires et éclats de voix... C'est l'équipe des Barons, qui venue ouvrir le Festival, s'y est tellement bien sentie, qu'elle y a posé ses valises pour quelques jours. L'accueil du film est très enthousiaste, pourtant, personne n'ose encore prédire le succès phénoménal que le film va rencontrer en salles quelques semaines plus tard... On s’attendait à accueillir Xavier Dolan, la petite tornade québécoise découverte à Cannes, et c’est finalement une partie de son casting qui débarque à Namur. Qu’à cela ne tienne, « J’ai tué ma mère » ne laisse pas indifférent, et va même jusqu’à remporter le Bayard d’Or. Xavier Dolan,  20 ans et toutes ses dents, devient donc le plus jeune lauréat du Bayard d’or du meilleur film ! Au tourbillon succède l’émotion, avec la montée sur scène lors de la cérémonie des Bayards de la jeune comédienne Sabrina Ouazani, qui vient chercher le prix décerné à titre posthume au jeune comédien Yasmine Belmadi pour son rôle dans « Adieu Gary » de Nassim Amaouche. Celui-ci a disparu tragiquement quelques semaines plus tôt lors d’un fatal accident de la circulation…

Au programme…

« Les Barons » de Nabil Ben Yadir (Belgique) ; « Non ma fille, tu n’iras pas danser » de Christophe Honoré (France) ;  « Adieu gary » de Nassim Amaouche (France/ Algérie) ; « J’ai tué ma mère » de Xavier Dolan (Québec) ; « La Régate » de Bernard Bellefroid (Belgique) ; « le Père de mes Enfants » de Mia Hansen-Love (France) ;  « Polytechnique » de Denis Villeneuve (Québec) ; « Un ange à la mer » de Frédéric Dumont (Belgique) ; « Ceux de la colline » de Berni Goldblat (Burkina Faso) ; « Le Vilain » d’Albert Dupontel (France) ; « Lieux Saints » de Jean-Marie Téno (Cameroun) ; « Les Folles Aventures de Simon Konianski » de Micha Wald (Belgique)

Ils l'ont dit dans la presse...

« Savoir que ce sont des régions aussi différentes que l’Europe, le Québec ou l’Asie qui défendent une culture au travers de la langue, c’est comprendre qu’il s’agit d’une question de survie », Emmanuelle Devos, Vers l’Avenir, 05/10/2009

« Parce que les gens y sont gentil. Parce que l’atmosphère est toujours au soleil. Et parce que je n’ai qu’à larguer les amarres de la péniche sur laquelle je vis à Liège pour rejoindre le confluent. Alors oui, vous me reverrez souvent ici », Bouli Lanners, Vers l’Avenir, 05/10/2009

« Un ami m’a dit que c’était un truc chic, classe, et qu’il n’y avait que des gens biens qui y venaient. Je suis sûre qu’il y a quelque chose de vrai ici. C’est dans les petits festivals qu’on rencontre les gens les plus intéressants », Elza Zylberstein, La Meuse, 06/10/2009

 « Je vais devenir le nouveau bourgmestre. Je vais rebaptiser Namur en Lopez-ville ! », Sergi Lopez, La Meuse, 08/10/2009

Ils nous l’ont raconté…

Justine Gustin, assistante de gestion et de programmation

L’année dernière, lors de la soirée de l’Organisation internationale de la Francophonie, Julie Gayet (l’énergique !) a tout simplement lancé la danse ce soir-là. La soirée était animée par un groupe africain. Malgré le rythme endiablée de leur performance, les personnes présentes hésitaient à se lancer sur la piste de danse. Regards gênés, attitudes embêtées, jusqu’à ce que notre vaillante et intrépide Julie décide de se lancer et de bouger son corps ! Du coup, tout le monde a suivi et grâce à elle, ce fut une des soirées les plus réussie et les plus festive l’année dernière ! 

  

Julie Gayet, Esla Zylberstein, Xavier Gianolli et Emmanuelle Devos

  

François Arnaud, Niels Schneider et Popeck

2013 © Festival International du Film Francophone de Namur

Création du site Internet par Expansion