Logo FIFF
Billetterie Covid-19

Archives

Retour

C’est désormais devenu une tradition : chaque année, le FIFF met en avant une personnalité du cinéma francophone à travers son « Coup de cœur ». Des artistes aussi prestigieux que Jean RochefortPhilippe NoiretJean-Claude BrialyBernadette LafontSandrine BonnaireEmmanuelle BéartKristin Scott Thomas,Isabelle HuppertElsa Zylberstein ou encore Ariane Ascaride nous ont ainsi fait l’honneur de leur présence lors de ces dernières années.

Pour cette 27ème édition, le FIFF a le plaisir d’accueillir l’acteur français Benoît Magimel !

Venu présenter un de ses tout premiers films en 1992, « Le Cahier volé » de Christine Lipinska, il est de retour à Namur 20 ans plus tard, chargé d’une impressionnante filmographie comprenant une cinquantaine de films. Il affiche en effet une carrière aussi exceptionnelle que variée, jouant sous la direction notamment de Benoît Jacquot, André Téchiné, Michael Haneke, Claude Chabrol, Barbet Schroeder, Olivier Dahan, Mathieu Kassovitz, Guillaume Canet, Gérard Corbiau, Harry Cleven, Xavier Beauvois, Jalil Lespert, Jean Becker, Florent-Émilio Siri et bien d’autres encore.

Pour illustrer ce Coup de cœur, le Festival a demandé à l’acteur de  choisir les cinq films qui seront projetés : 3 titres parmi sa propre  filmographie et 2 titres de longs métrages francophones qui l’ont marqué  endehors de sa filmographie. Benoît Magimel a choisi de nous présenter :  «  La Pianiste » de Michael Haneke (qui lui a valu le Prix  d’interprétation à Cannes), «  Le Roi danse » de notre compatriote Gérard  Corbiau (premier Président d’Honneur du FIFF), «  Selon Matthieu » de  Xavier Beauvois, ainsi que les inoubliables, «  La Piscine » de Jacques  Deray et «  Le Cercle rouge » de Jean-Pierre Melville.

Né en 1974 à Paris, Benoît Magimel répond à une annonce de casting à l’âge de douze ans. Il est alors choisi parmi 1.600 candidats pour endosser le rôle de Momo Groseille dans le film culte « La Vie est un long fleuve tranquille » d’Étienne Chatiliez (1988). En 1992, il donne la réplique à Charles Aznavour dans « Les Années campagne » et tourne dans « Toutes peines confondues » de Michel Deville, avant de jouer aux côtés d’Élodie Bouchez dans « Le Cahier volé » de Christine Lipinska. Il se tourne un temps vers la télé avant de revenir au grand écran en 1995 avec « La Fille seule » de Benoît Jacquot aux côtés de Virginie Ledoyen, suivi d’un petit rôle dans « La Haine » de Mathieu Kassovitz. L’année suivante, il tourne sous la direction d’André Techiné dans « Les Voleurs » avec Catherine Deneuve et Daniel Auteuil.

L’année 1998 marque le début des fidélités. Olivier Dahan le choisit pour « Déjà mort », où il donne la réplique à Romain Duris avant de le retrouver en 2004 pour « Les Rivières pourpres 2 » avec Jean Reno. Et puis, surtout, « Une minute de silence » marque sa première rencontre avec Florent-Émilio Siri qu’il retrouve en 2002 pour «Nid de guêpes », en 2007 pour « L’Ennemi intime » et en 2012 pour le fameux « Cloclo » avec Jérémie Rénier. En 1999, il campe Alfred de Musset dans « Les Enfants du siècle » où son regard croise celui de Juliette Binoche. L’année suivante, il enchaîne « Selon Matthieu » de Xavier Beauvois avec Nathalie Baye, « Le Roi danse » (où il interprète Louis XIV) de notre compatriote Gérard Corbiau, et « Lisa » de Pierre Grimblat avec Marion Cotillard et Jeanne Moreau.

2001 marque un tournant dans sa carrière. Sa prestation aux côtés d’Isabelle Huppert dans « La Pianiste » de Michael Haneke lui vaut le Prix d'interprétation masculine à Cannes. Il tourne ensuite sous la direction de Claude Chabrol (« La Fleur du mal », « La Demoiselle d’honneur » et « La Fille coupée en deux »), de Jean Becker («Effroyables jardins »), du Belge Harry Cleven (« Trouble »), de Gérard Pirès (« Les Chevaliers du ciel »), de Nicole Garcia (« Selon Charlie »), ou encore de Jalil Lespert avec qui il tourne « 24 Mesures » en 2007 et « Des vents contraires » en 2011. L’étendue de ses capacités d’acteur l’emmènera dans des genres aussi variés que la comédie avec « Seuls two » d’Eric & Ramzy, l’adaptation littéraire avec « La Possibilité d’une île » de Michel Houllebecq, ou encore le thriller avec « Inju » de Barbet Schroeder. En 2010, il tourne notamment dans « Les Petits mouchoirs » de Guillaume Canet et « Mon pote » de Marc Esposito. L’an dernier, il donnait la réplique à Diane Krüger dans « Forces spéciales » de Stéphane Rybojad avant d’incarner l’impresario de Cloclo dans le film du même nom. Actuellement, il tourne le nouveau film de Diane Kurys, « Pour une femme », aux côtés de Mélanie Thierry et Nicolas Duvauchelle.

Tout au long de sa carrière, Benoît Magimel, tel un caméléon, nous montre qu’il peut osciller avec un égal talent entre cinéma d'auteur et films de genre.