Logo FIFF
Billetterie Covid-19

Archives

Retour

Jury Officiel Longs métrages

Bruno Podalydès

Président - France - Réalisateur/Comédien

Scénariste, réalisateur et acteur français, Bruno Podalydès est initié au septième art dès son plus jeune âge. Après avoir terminé des études de biologie, il obtient une Maîtrise audiovisuel et réalise, en 1989, son premier court métrage intitulé « Le Dernier mouvement de l'été ». En 1992, son moyen métrage « Versailles Rive Gauche », premier volet de la « Trilogie des gares », reçoit un accueil triomphal en projection à Cannes. Présenté au FIFF, il remporte également plusieurs récompenses, notamment le César du Meilleur court métrage en 1993 ainsi que le Prix du Public et la Mention du Jury à Clermont-Ferrand. Son frère, Denis Podalydès, en assure le rôle principal, ce qui marque le début d’une longue collaboration. Bruno Podalydès réalise en 1994 un deuxième court métrage, « Voilà », sélectionné à la Mostra de Venise. Son premier long métrage, « Dieu seul me voit (Versailles-Chantiers) », second volet de sa trilogie, remporte le César de la Meilleure 1ère oeuvre en 1999. Suivent « Liberté-Oléron » (2001), « Le Mystère de la chambre jaune » (2003) puis « Le Parfum de la dame en noir » (2005), présenté en Compétition au FIFF. En 2006, il publie le roman « La Boîte vocale » d'Alex Buchard, dans lequel il décrit l'univers de Cannes à travers les yeux d'un jeune réalisateur. Après « Bancs publics (Versailles Rive-Droite) » qui clôt en 2009 la « Trilogie des Gares », il signe en 2012 son sixième film, « Adieu Berthe ou l’enterrement de Mémé », sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes.

Ahmed Boughaba

Maroc - Critique

Ahmed Boughaba étudie la Philosophie et la filmologie avant de devenir journaliste professionnel et critique de cinéma. Membre actif dans les ciné-clubs marocains durant les années 70, il en dirige un bon nombre, surtout à Tanger. Durant les années 80 et 90, il est chef des rubriques de cinéma dans plusieurs journaux et revues marocaines. Il collabore à des émissions de radio sur le cinéma et à deux chaînes de télévision en tant que rédacteur en chef (1997-2006). Membre des commissions de lecture de scénario au Centre Cinématographique et à la première chaîne nationale (2003-2006), il est également conseiller et assistant sur des films documentaires. Responsable de la section cinéma dans le festival S.O.S Handicap à Tanger, il écrit deux livres, « Tanger sur l’écran » et « Lecture et analyse des films marocains ». Président de la commission de sélection de courts métrages pour le festival méditerranéen de Tanger, il collabore avec le Centre Tunisien de la Femme Arabe. Il assume également le poste de directeur du Festival international du film documentaire (Maroc), a été membre de plusieurs Jurys de cinéma (Maroc, Algérie, Tunisie, France, Italie, Cameroun) ainsi que de Jurys de journalisme.

Monia Chokri

Québec – Comédienne

Née à Québec, Monia Chokri est diplômée du Conservatoire d’Art Dramatique de Montréal en 2005. Elle participe à plusieurs projets théâtraux et s’illustre sur les planches montréalaises, notamment dans « L’Évangile selon Salomé » d’Alexandre Marine ou « Les Mauvaises herbes » de Benoît Vermeulen. Monia Chokri participe à plusieurs courts métrages tels que « Trentenaires » et « Frédérique au centre », tous deux réalisés par Anne Emond. Elle tourne en 2007 pour Denys Arcand dans « L’Age des ténèbres » mais c’est surtout Xavier Dolan qui la révèle. En 2010, elle est l’héroïne de « Les Amours imaginaires », présenté à Cannes en sélection officielle Un Certain Regard, ainsi qu’au FIFF où il reçoit le Prix Spécial du Jury. En 2012, elle collabore de nouveau avec Xavier Dolan dans « Laurence Anyways ». Elle sera bientôt à l’affiche de « Gare du nord remix » de Claire Simon.

Pauline Etienne

Belgique - Comédienne

D’origine bruxelloise, Pauline Étienne se forme à l’École du Cirque et à l’Académie de Musique de Bruxelles. À 17 ans, on la découvre pour la première fois sur grand écran dans « Elève libre » de Joachim Lafosse, sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes. Grâce à ce rôle, elle remporte le Magritte du Meilleur espoir féminin en 2011. Laurent Perreau lui confie ensuite le rôle principal de son film « Le Bel âge » dans lequel elle donne la réplique à Michel Piccoli. « Qu’un seul tienne et les autres suivront » de Léa Fehner, lui permet de remporter le Prix Lumière du Meilleur Espoir Féminin et l’Étoile d’or de la presse de la révélation féminine en 2010 ainsi qu’une nomination pour le César du Meilleur Espoir Féminin. Pauline Etienne joue aussi le rôle de Marion, la petite amie de Grégoire Leprince-Ringuet, dans « L'Autre Monde » de Gilles Marchand. La comédienne est également à l’affiche de plusieurs courts métrages tels que « Where the boys are » de Bertrand Bonello, « Elena » d’Yvan Muller et « Comme des héros » de Véronique Jadin, présenté au FIFF l’année passée. Après « Paradis perdu » d’Eve Deboise (2011), elle sera prochainement à l’affiche de « La Religieuse » de Guillaume Nicloux face à Isabelle Huppert.

Cyril Mennegun

France - Réalisateur

Né à Belfort en 1975, Cyril Mennegun réalise son premier court métrage en 1998. En 2002, il entame sa première vraie aventure cinématographique dans le documentaire avec « Quel Travail », sélectionné au festival Entrevues de Belfort. Depuis, il réalise plusieurs films documentaires, dont « Tahar l’étudiant » en 2005, portrait du jeune comédien Tahar Rahim, futur héros de « Un prophète » de Jacques Audiard. Ce film est sélectionné et récompensé dans de nombreux festivals (Lussas, Clermont Ferrand…). En 2007, il réalise pour ARTE le documentaire, « Le Journal de Dominique », gardienne de HLM à Belfort, qui retranscrit les souvenirs et le quotidien grevé par la solitude des habitants de sa cité. « Louise Wimmer », son premier long métrage de fiction, présenté à la Semaine de la Critique à la Mostra de Venise 2011, remporte le Bayard d’Or de la Meilleure première œuvre au FIFF. Un nouveau projet de long métrage est déjà en écriture : « La rencontre ».

Katy Léna Ndiaye

France/Sénégal - Réalisatrice

Diplômée de l'IHECS à Bruxelles, section Presse et Information, Katy Léna Ndiaye fait ses premiers pas derrière la camera en 2002. Elle signe l’année suivante son 1er documentaire, « Traces, empreintes de femmes ». Très remarqué, le film obtient le Grand Prix du Jury, au Festival International du Film sur l'Art de Montréal (2005). Un 2nd film, « En attendant les hommes », sorti en 2007, remporte un succès à la fois public et critique. Il est sélectionné dans une trentaine de festivals et obtient de nombreuses distinctions dont le Prix du Meilleur documentaire au Festival du Cinéma d’Afrique, d’Asie et d’Amérique de Milan (2008), celui du Meilleur documentaire au Festival du Film Documentaire Real Life (Accra – Ghana 2008) et une Étoile de la Scam (2009). Parallèlement à son parcours de documentariste, elle œuvre en tant que journaliste présentatrice puis réalisatrice, au sein de l’équipe de « Reflet Sud », magazine de la francophonie plurielle, diffusé sur TV5 Monde et sur la RTBF.

Frédéric Pierrot

France – Comédien

Frédéric Pierrot apparaît pour la 1ère fois en 1986 dans un court métrage de Jacques Nolot, « Manège ». 3 ans plus tard, Bertrand Tavernier (avec qui il collabore par la suite dans 3 autres films : « L627 » en 1991, « Capitaine Conan » en 1996 et « Holy Lola » en 2004) fait appel à lui dans « La Vie et rien d'autre » où il joue le rôle de Marcel aux côtés de Philippe Noiret et Sabine Azéma. Il participe à une cinquantaine de longs métrages et autant de téléfilms. De nombreux grands réalisateurs font appel à lui : Ken Loach le choisit pour « Land and Freedom » (1994), Jean-Luc Godard lui propose le personnage de Jérôme dans « For Ever Mozart » (1996), alors que Bertrand Blier le voit dans la peau d'un flic dans « Mon homme » (1996). Il est ensuite à l'affiche de « Les Fourmis rouges » du namurois Stephan Carpiaux, « Il y a longtemps que je t'aime » réalisé par Philippe Claudel ou encore « Elle s’appellait Sarah » de Gilles Paquet-Brenner qu’il vient présenter au FIFF en 2010. En 2012, il est nommé pour le César 2012 du meilleur second rôle masculin pour « Polisse » de Maïwenn, présenté au 26ème FIFF. Citons encore « La Guerre est déclarée » de Valérie Donzelli ou encore « La Cerise sur le gâteau » de Laura Morante. Il sera prochainement à l’affiche de la série « Les Revenants » (sur Canal+ en novembre) ainsi que des nouveaux longs métrages de René Féret et François Ozon.

Jury Officiel Courts métrages

Amira Casar

Présidente – France - Comédienne

Actrice polyglotte, Amira Casar est née en Angleterre et a passé son enfance entre la Grande-Bretagne, l’Irlande et la France. Elle est formée au théâtre par Blanche Salant et Paul Weaver et complète sa formation au Conservatoire National d’Art Dramatique de Paris, de 1991 à 1994. Sa carrière au cinéma traverse des univers personnels et éclectiques ; des Frères Quay (« The Piano Tuner of Earthquakes ») à « La Vérité si je mens » de Thomas Gilou, et des cinéastes tels que Catherine Breillat (« Anatomie de l’Enfer »), Laëtitia Masson, les Frères Larrieu (« Peindre ou faire l’Amour »), Tony Gatlif (« Transylvania ») ou la plasticienne Sophie Calle (« Prenez soin de vous » Biennale de Venise). Pour Carlos Saura, elle interprétera en espagnol plusieurs rôles de femmes populaires. En 2009, elle traverse le monde poétique et théâtral de l’Allemand Werner Schroeter avec « Nuit de Chien » (Prix du Jury Festival de Venise) et tourne dans « Gamines » d’Eléonore Faucher. Au Théâtre de l’Odéon, elle incarne le rôle d’Ans dans « Les Enfants de Saturne » d’Olivier Py. En 2011, Amira Casar a interprété le rôle titre de l’artiste surréaliste Dora Maar dans « La Femme qui pleure au Chapeau Rouge » (Prix d’interprétation Festival de la Fiction de La Rochelle) et « Let my people go » de Mikael Buch. À Londres, elle incarne « Jeanne au Bûcher » d’Arthur Honegger avec le London Symphony Orchestra. En 2012, elle reprend son rôle dans « La Vérité si je mens 3 », joue dans « Playoff » de Eran Riklis avec Dany Huston, dans « Michael Kohlhaas » d'Arnaud des Pallières ainsi que dans « Spiritismes » du canadien Guy Maddin.

Thomas Coumans

Belgique - Comédien

Thomas Coumans sort de l’INSAS en 2006. Il fait ses premiers pas à l’écran aux côtés de réalisateurs tels que Serge Mirzabekiantz dans « One », Harry Cleven dans « La Fille de l’autre » et Joachim Lafosse dans « Élève libre ». En 2009, Alain Berliner lui confie le rôle principal du téléfilm « La Peau de Chagrin » et François Marthouret celui de « Comment va la douleur ? ». En 2011, il tourne dans le clip « Maniac » de Pieter Dirckx pour le groupe Clap Your Hands Say Yeah. S’ensuivent les tournages des nouveaux films de Fabienne Godet « Une place sur terre » et Delphine Lehericey « Puppy Love ». En novembre, il sera sur France 2 dans le docu-fiction « Le Cerveau d’Hugo » de Sophie Révil. Il joue également dans différents projets de marionnettes, théâtre et danse. Il travaille à l’écriture d’un seul en scène et à la création du spectacle « Fear and Desire » présenté en novembre à Bruxelles.

Sabine El Chamaa

Liban - Réalisatrice

Réalisatrice libanaise, diplômée de l’école de Cinéma USC à Los Angeles, Sabine El Chamaa travaille en tant que monteuse image avant de se focaliser sur la réalisation. Ses courts métrages de fiction, « Qu’elle est belle la mer » (2003), « Promenade » (2008) et « Un Mardi » (2011) sont sélectionnés dans de nombreux festivals internationaux. « Un Mardi » obtient le Premier Prix du Film Arabe au Festival International de Dubaï ainsi que le Bayard d’Or du Meilleur court métrage au FIFF l’année dernière. Son premier long métrage « Un jour et 124 nuits » est en préparation et a obtenu une bourse de développement au Festival International de Dubaï en 2010. Sabine El Chamaa habite actuellement à Londres où elle suit, parallèlement à ses activités cinématographiques, un doctorat en Média au Goldsmiths University College.

Alessandro Marcionni

Suisse - Programmateur

Alessandro Marcionni est né en 1979 à Lugano en Suisse. Après des études de Droit, il décide de donner à sa carrière un tournant complètement différent ; il commence des études de cinéma et obtient son diplôme comme réalisateur. En 2004, inspiré par le mouvement Kino né au Canada, il fonde avec d’autres cinéastes suisses une cellule kinoïte suisso-italienne qui produit en six ans plus de 400 films courts « sans budget ». Après plusieurs années au poste de coordonnateur au Festival del film Locarno, il est nommé responsable des « Pardi di domani », la section que le Festival de Locarno réserve aux films de courte et de moyenne durée.

Yelle

France-Chanteuse/Comédienne

Yelle, pour « You Enjoy Life », est le nom d’artiste de Julie Budet. Née à Saint-Brieuc dans les Côtes-d’Armor, en Bretagne, Yelle est connue pour être un ovni musical Electro Pop ayant d’ores et déjà deux albums à son actif – « Pop up » (2007) et « Safari Disco Club » (2011) – des clips déjantés et plusieurs tournées marathons dans le monde entier. Yelle débute comme comédienne en 2009 dans le court métrage de Clément Michel « Une Pute et un Poussin » sélectionné au FIFF et qui lui vaut, entre autres, le prix de la meilleure actrice au Festival du Film de Cabourg. En 2011, elle tourne également dans le long métrage « La Stratégie de la poussette » de Clément Michel.

Jury Emile Cantillon

Belgique – Delphine Girard

Après des études de comédienne à l'IAD, Delphine Girard se réoriente vers la section Réalisation à l'INSAS. L'intérêt qu'elle porte au cinéma et à la direction d'acteurs se trouve renforcé par différentes expériences. Elle a l'occasion d'être renfort mise-en-scène sur le film « Polisse » de Maïwenn. Après avoir réalisé un 1er court métrage, Delphine entame sa première année de Master à l'INSAS.

Sélectionnée en collaboration avec l’INSAS à Bruxelles.

Burkina Faso - Anaïs Zobilma

Anaïs Zobilma est née le 28 janvier 1989 à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso. Etudiante en Relations Publiques Internationales à l’Université Libre du Burkina, elle obtient sa Licence en 2011. Elle est actuellement en fin de cycle et travaille sur son mémoire de fin d’année. Par ailleurs, elle est membre de la Fédération des ciné-clubs du Burkina Faso où elle occupe la fonction de Secrétaire adjointe à la formation.

Sélectionnée en collaboration avec le FESPACO à Ouagadougou.

France – Matthieu Robinet

Après avoir obtenu un BTS Audiovisuel dans les métiers du Son, Matthieu Robinet poursuit sa formation en cinéma au Département SATIS (Sciences Arts et Techniques de l'Image et du Son) à Aubagne où il découvre l'écriture et la réalisation. Il y obtient un Master et devient de plus en plus attiré par le visuel, que ce soit par la photographie ou par la réalisation de courts métrages. Amateur de culture en général, Matthieu aime voyager, voir des expositions ou encore participer à des festivals de cinéma.Sélectionné via le concours de critiques organisé dans le cadre du 13ème Festival International du Film d’Aubagne.

Maroc - Ghizlaine Benslimane

Ghizlaine étudie le montage à l’ESAV Marrakech. Passionnée par le cinéma, elle réalise deux films et monte dix courts métrages en dehors de l’école. Particulièrement intéressée par le docu-fiction, elle est très attachée à la technique du montage dans la création d’un film. En 2011, elle obtient un prix au Festival International du Film de l’Étudiant à Casablanca pour son premier documentaire « Les Exilés » retraçant l’avenir incertain de Tamansourt, une ville récemment construite au Maroc.

Sélectionnée en collaboration avec l’ESAV à Marrakech.

Québec - Gabriel Argüello

Gabriel Argüello est un jeune réalisateur montréalais d’origine latino-américaine. Dès son plus jeune âge, il s’intéresse aux arts et plus particulièrement au cinéma grâce à ses parents, tous deux comédiens. Il entreprend des études en cinéma au Cégep puis à l’Université. En 2012, Gabriel réalise son 2nd court métrage indépendant, « Continuité des parcs », mettant en vedette le comédien chilien Nelson Villagra. Le film est présenté dans divers festivals au Québec ainsi qu’au Short Film Corner de Cannes.

Sélectionné en collaboration avec la SODEC.

Roumanie – Georgiana Madin

Georgiana Madin est diplômée de l’Université Nationale d'Art Théâtral et Cinématographique de Bucarest en Écriture de Scénarios et Filmologie. Elle a étudié l’allemand et participe à des compétitions littéraires. Aujourd’hui, Georgiana écrit des chroniques et des portraits d'auteurs dans la revue Film Menu. Elle souhaite travailler dans la production.

Sélectionnée via le concours de critiques organisé dans le cadre de la 6ème édition Festival Next à Bucarest.

Suisse – Hakim Mastour

Hakim Mastour est né en 1990 à Nyon, en Suisse. En 2012, il termine son baccalauréat à la HEAD - Haute Ecole d'Art et de Design de Genève - en section cinéma. Il réalise trois courts métrages et travaille sur plusieurs projets en tant qu'assistant réalisateur et ingénieur son.

Sélectionné en collaboration avec la HEAD à Genève.

Jury Junior

Composé de jeunes Belges de 12-13 ans, le Jury Junior est une initiative qui vise à développer un projet pédagogique dans l’espoir qu’un jour le langage cinématographique soit intégré dans les programmes scolaires de toutes les classes. Ces jeunes ont l’occasion de visionner huit films de la programmation 2012 et de remettre au lauréat le Prix du Jury Junior, symbolisé par une sculpture de l’artiste namurois Jean-Claude Simus. Les membres de ce jury cette année sont :

  • Milène De Rua (IATA - Namur)
  • Amandine Ickx (Institut Notre Dame - Arlon)
  • Sarah Lefébure (Collège Saint-Etienne - Court-St-Etienne)
  • Zoé Lejeune (Collège Saint-Pierre - Bruxelles)
  • François Ponsard (Collège d’Alzon-Bure)
  • Piel Tirtiaux (Athenée Léonie Wa-Ha - Liège)
  • Valentin Willame (Institut Saint-Berthuin - Malonne)

 

Jury Cinveox

ette année, le Festival International du Film Francophone de Namur sera encore un peu plus belge que d'habitude. Un Jury Cinevox récompensera en effet, parmi 8 films, le meilleur long métrage belge inédit, présenté dans le cadre du Festival ! Pour célébrer cette union sacrée, Cinevox - nouveau presenting sponsor du FIFF et aux côtés de la RTBF - va créer l'événement et remettre, la veille du palmarès officiel, le Prix Cinevox. Le lauréat sera désigné par un jury de quatre passionnés de cinéma belge et encadrés par Fabienne Bradfer.

Fabienne Bradfer est née à Namur. Licenciée en Histoire et diplômée en journalisme, elle est responsable cinéma au journal Le Soir.

Pendant une semaine, le spot promotionnel du film lauréat sera projeté gratuitement en salles. Cette récompense est offerte par Brightfish, la régie publicitaire du cinéma qui a imaginé le projet Cinevox, l'an dernier, en partenariat avec la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Voici donc les ambassadeurs de notre projet qui remettront le prix au lauréat lors d'une soirée très spéciale, organisée dans le cadre du Festival à Namur, le jeudi 4 octobre :

  • Nicole Brisy (comptable, 40 ans, La Bruyère)
  • Ludivine Mathonet (étudiante en communication, 26 ans, Ixelles)
  • Dominique Rappe (professeur, 46 ans, Champion)
  • Alexis Seny (étudiant en journalisme, 20 ans, Floreffe)