Logo FIFF
Billetterie Covid-19

Archives

Retour

Rencontres

Brunch des programmateurs et des producteurs

Depuis 6 ans, le FIFF organise avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de Wallonie-Bruxelles International et de WBImages, un brunch au cours duquel producteurs belges et programmateurs internationaux sont invités à se rencontrer de façon informelle et amicale. Cette initiative a pour but de permettre aux professionnels étrangers de repérer les nouveautés belges à venir, et d’offrir aux producteurs belges l’opportunité de rencontrer des programmateurs incontournables sur la scène internationale. Par le biais de ces rencontres informelles, le FIFF souhaite favoriser la diffusion du cinéma belge à l’étranger. Les deux premières éditions ont permis de créer de fructueux contacts entre les professionnels et les programmateurs présents.

Près d’une vingtaine de projets de longs métrages belges seront présentés.

Des histoires à lire et à regarder

Vous cherchez des histoires, des univers littéraires à transposer au cinéma ou à la télévision ? Dans le cadre du 27ème FIFF, le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel et la Commission des Lettres du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles organisent une matinée de présentation d’œuvres littéraires d’auteurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles pouvant faire l’objet d’une adaptation télévisuelle ou cinématographique. Lors de cette rencontre, cinq ouvrages seront présentés par leurs auteurs et par des parrains qui ont eu un véritable coup de cœur pour ces histoires.

Les romans sélectionnés cette année sont :

- « Si tu passes la rivière » de Geneviève Damas, parrainé par Dan Cukier ;

- « Le Chant des Gorges » de Patrick Delperdange, parrainé par Pierre Penneman ;

- « Tu ne jugeras point » d’Armel Job, parrainé par André Buytaers ;

- « Les Candidats » de Yun Sun Limet, parrainé par Isabelle Willems ;

- « Kosaburo 45 » de Nicole Roland, parrainé par Stefan Liberski.

Les œuvres présentées ont été choisies par la Commission des Lettres en concertation avec la Commission de Sélection des Films, et en partenariat avec la SACD-SCAM en fonction de leur capacité à faire l’objet d’une adaptation et/ou de l’univers très particulier de leur auteur. La SCAD-SCAM proposera également un point sur les modalités pratiques liées à l’acquisition des droits, et Vanja d’Alcantara, réalisatrice belge, témoignera de son expérience relative à l’adaptation du roman d’Olivier Adam, « Le Cœur Régulier ».

 

Osez le cinéma belge

Depuis sa création, le FIFF œuvre pour accompagner et soutenir la diffusion du cinéma belge. En 2008, le Festival initiait une série de réflexions sur les moyens à mettre en œuvre pour améliorer cette diffusion. Il nous est alors apparu crucial de convier les exploitants, afin de leur présenter l’incroyable diversité des productions belges, et le rôle déterminant qu’ils jouent dans la bonne diffusion de ces films.

Il y a 2 ans, nous mettions sur pied une séance regroupant extraits, bandes-annonces et teasers de films belges à sortir. Séduits par la richesse et la diversité du panorama représenté par cette sélection d’extraits, nous avons décidé de faire de cette séance un rendez-vous annuel.

Nous sommes donc ravis d’organiser à nouveau cette séance exceptionnelle qui permettra aux professionnels (exploitants, distributeurs, producteurs, programmateurs de festivals, responsables de centres culturels) et à quelques spectateurs privilégiés de découvrir en avant-première les films qui feront l’actualité du cinéma belge francophone dans les mois à venir.

Nouvelles formes de diffusion : enjeux et perspectives

Convergence numérique, triple play, théorie des 5 écrans, autant d’expressions barbares qui semblent amener à redéfinir les conditions de consultation (consommation ?) des films. Il n’est pourtant pas si loin, ce temps où seule la salle de cinéma permettait de découvrir les pépites (et le reste) du 7ème art. Depuis, les innovations se sont succédées, à une allure qui semble s’accélérer de façon exponentielle : télévision gratuite, télévision payante, VHS, DVD, Blu-ray, VOD, SVOD, AVOD, catch-up tv, pay tv, Apple tv, Google tv, connected tv, smart tv, hybrid tv, hbbtv…

En 2008, le FIFF organisait une rencontre intitulée : « La VOD, un marché en pleine croissance ». Depuis, le marché a largement crû, et s’est aussi singulièrement diversifié. Non seulement les formules abondent, mais en plus les écrans se multiplient. Résultat, un spectateur aujourd’hui a le choix pour visionner son film entre le grand écran, son écran de télévision, l’écran de son ordinateur, celui de sa tablette tactile, celui de son smartphone ou celui de sa console de jeu !

Difficile dès lors pour les auteurs, les producteurs ou les diffuseurs de s’y retrouver. Le FIFF a donc décidé de se pencher à nouveau sur la question. L’idée est de faire le point sur la façon dont l’exploitation numérique des films hors des salles de cinéma va évoluer dans les prochaines années, en essayant de vulgariser les concepts et le jargon, et en donnant la parole à des professionnels confrontés au quotidien à ces bouleversements technologiques. A l’heure où la perspective de l’entrée sur le marché belge des grands acteurs internationaux de la SVOD, une analyse trans-sectorielle du développement de la diffusion multi-écran tombe à point nommé.

L’occasion de s’interroger sur les supports et canaux de diffusion (technologie et terminologie) ; les coûts et les droits pour chacun des acteurs du marché (producteur, distributeur, vendeur, diffuseur) ; la promotion et l’éditorialisation des contenus ; et enfin, les perspectives d’avenir.

Organisée avec le soutien de l’UPFF, la rencontre se fera notamment avec la participation de représentants de la SACD, d’Europa International, d’Universciné, d'Eurovod, du programme MEDIA, de la Société des Auteurs Audiovisuels de la Belgian Entertainment Association et du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

 

Conserver le cinéma numérique

Stratégies et techniques pour garantir le futur du cinéma contemporain

Si l’arrivée des technologies numériques a amené des changements profonds dans la production et la distribution des œuvres cinématographiques, les solutions traditionnelles pour assurer la conservation à long terme de ces œuvres doivent elles aussi être repensées et redéfinies. Des stratégies différentes s’imposent et des techniques nouvelles doivent être adoptées par l’industrie et les institutions du patrimoine.

Cette rencontre se propose d’ouvrir une réflexion en faisant un état des lieux dans ce domaine: les différentes solutions techniques, les choix stratégiques, les politiques dans d’autres pays, la recherche, les pratiques des archives, et les résultats et les recommandations contenus dans l’étude sur la numérisation et la conservation du cinéma récemment menée par la Commission européenne, DG Société de l’information et des médias.

Cette rencontre sera animée par Nicolas Mazzanti, conservateur de la Cinematek (Cinémathèque Royale de Belgique).

 

Ceci n’est pas une AG des Magritte du Cinéma

Bientôt la 3e édition – déjà ! Un bon moment pour le faire le point et rencontrer ceux qui nous ont suivis sans hésitation : les quelque 700 professionnels du cinéma qui constituent les membres de l'Académie André Delvaux.

L’objectif ? Parler des choix, de la Cérémonie, du budget, des invités, de la retransmission, bref, de tout ce qui a pu faire débat, de ce qu’on a envie de maintenir ou, au contraire, de changer.

Où et quand ? Le FIFF est l’un des initiateurs des Magritte du Cinéma et mobilise pleinement ses équipes depuis le tout début. C’est donc à Namur que nous vous convions le 2 octobre, jour de la Fédération Wallonie-Bruxelles, sans laquelle nous n’aurions pas pu exister.

Comment ? Un peu comme au Bilan du cinéma, les membres du CA expliqueront la démarche, évoqueront les problèmes et les solutions, parleront chiffres et dessineront les objectifs. Ensuite, nous vous écouterons, répondrons à vos commentaires et surtout écouterons vos souhaits.

Vous êtes membre ? Venez ! Nous nous réjouissons de vous rencontrer.

 

Promotion numérique : Wallimage Cross Media

Les séminaires du FIFF, au-delà des réflexions et des débats qu’ils suscitent, voient aussi naître des initiatives on ne peut plus concrètes. C'est au FIFF par exemple que pour la première fois, avait été abordé l'idée d'avoir une plateforme VOD pilotée par les producteurs indépendants belges. Quelques mois plus tard se créait Universciné.

C'est au FIFF aussi que Wallimage a inauguré l’année dernière sa ligne CrossMedia boostée par Creative Wallonia, suite à une rencontre professionnelle qui a permis de faire le point sur les outils du marketing cross media, et les opportunités qu’il offre aux producteurs.

Ce lundi 1er octobre, le FIFF accueillera à nouveau Wallimage pour la proclamation des lauréats du deuxième appel à projets Digital Promotion. Et pour nous mettre en appétit, nous examinerons avec les producteurs, le réalisateur et les prestataires com’ et web (Kweb) le dispositif cross media mis en place autour du « Magasin des Suicides » de Patrice Leconte, qui sera projeté le soir même au FIFF.

 

Leçon de cinéma avec Pierre Schoeller

Atelier des auteurs SACD, l’écriture de scénario

 

L’atelier professionnel que la SACD organise au FIFF offre aux cinéastes et aux scénaristes l’occasion de discuter concrètement de leur pratique d’auteur, de leurs conditions de travail ou du contexte professionnel / institutionnel de la création cinématographique en Belgique. Après « Création et Internet » (2010) et « Les aides publiques à la création audiovisuelle » (2011), l’édition 2012 sera dédiée à l’écriture de scénario.

Pierre Schoeller, dont le film « L’Exercice de l’État » a été couronné l’an dernier par le Bayard d’Or du Meilleur Scénario doté par la SACD, a accepté de participer à cette leçon de cinéma.

La leçon de cinéma sera suivie par une présentation des Constellations. En Allemagne ou aux Etats-Unis, les constellations de scénario prennent de l'ampleur. Dans les pays francophones, l'évolution est timide et la démarche peu connue. Pourtant, c’est un outil puissant qui peut à la fois dénouer une narration confuse, offrir une plus grande densité émotionnelle aux personnages, affiner le tissu de relations entre eux ou apporter une force nouvelle au récit… Convaincu et passionné par le sujet depuis 3 ans, Thierry de Coster a organisé de nombreux ateliers de constellations en écriture.

L’Atelier des auteurs est organisé en partenariat avec l’ARRF ; il est animé par Luc Jabon, président de la SACD et André Buytaers, président de l’ARRF.

Après des études de Lettres Modernes et de Cinéma, Pierre Schoeller entre à l’école Louis Lumière, section Image Cinéma. Son premier court métrage coréalisé avec Olivier Wahl, « Basse température » (1984), est le récit de deux morts mystérieuses en wagon frigorifique. En 1996, il réalise le court métrage « Deux Amis » avec Michael Lonsdale puis en 2002 le téléfilm « Zéro défaut ». En 2008, il signe son 1er long métrage, « Versailles » avec Guillaume Depardieu. Le film est sélectionné au Festival de Cannes dans la section Un Certain Regard et est nominé à deux reprises aux César 2009 (Meilleur Acteur et Meilleur Premier film). Son 2ème long métrage, « L'Exercice de l'État », présenté également à Un Certain Regard (Cannes 2011) remporte le Bayard d’Or du Meilleur scénario lors du 26ème FIFF et le César du meilleur scénario original. Il vient de réaliser pour Canal + « Les Anonymes », un téléfilm sur l’affaire du préfet Erignac, avec Mathieu Amalric, Karole Rocher et Olivier Gourmet.

Contact : rencontres@fiff.be

 

Rencontre Mediarte

 

Le secteur du cinéma et de l’audiovisuel, aussi passionnant soit-il, se construit par des professionnels. A la sortie des écoles, il n’est pas évident de se lancer comme professionnel. Pourtant de nombreuses aides existent et ont été mises en place pour accompagner les techniciens de l’audiovisuel et du cinéma ainsi que les créateurs.

Cette séance se déroulera en deux temps. Le premier sera dédié aux aides du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles afin d’éclairer les futurs professionnels sur les soutiens existants aux différents projets.

Dans un second temps, mediarte.be convie des personnalités de référence pour donner des pistes aux futurs professionnels et les aiguiller dans le démarrage de leur vie professionnelle.

  • Comment postuler ou atteindre un employeur potentiel?
  • Quelles sont les démarches pour gagner de l’expérience ou la valoriser?
  • Quelles différences entre le statut d’indépendant et de free-lance?
  • Comment négocier son contrat?
  • Faut-il passer par des stages? Quels sont les pièges à éviter?
  • Choisir un temps partiel ou un temps plein?

Autant de questions possibles auxquelles tenteront de répondre des professionnels du secteur en charge du recrutement.

A destination des étudiants du secondaire supérieur, des hautes écoles et universités, issus de cursus orienté vers l’audiovisuel et le cinéma, cette session d'information sera essentiellement pratique. Les participants pourront poser les questions qu'ils souhaitent en fonction de leur envie, de leur formation et de leur profil de façon générale.

ATELIERS

Echanges de Talent(s)

Depuis quelques années déjà, les jeunes réalisateurs sont sous le feu des projecteurs namurois notamment grâce à la Compétition Émile Cantillon qui récompense les premières œuvres de fiction. Il était temps de se pencher davantage sur les visages du cinéma de demain. En 2010, l’événement exceptionnel «  25 ans, 25 talents » fut une belle réussite. Se déclinant en 2 volets, il mettait à l’honneur, d’une part, la nouvelle génération de comédiens belges (« Génération 25ème ! ») et, d’autre part, 5 jeunes comédiens en provenance de divers pays francophones (« Échanges de talent(s) »).

Après le succès remporté et l’enthousiasme tant du côté des jeunes participants que des professionnels, nous avions décidé de renouveler l’expérience lors du FIFF 2011. Après avoir accueilli en 2010 Felipe Castro (Suisse), Merce Llorens (Espagne), Benoît McGinnis (Québec), Ruth Nirere (Rwanda) et Jean-Jacques Rausin (Belgique), le FIFF mettait à l’honneur en 2011 ses nouveaux comédiens : Edwige Baily (Belgique), Jonas Bloquet (Belgique), Maxime Dumontier (Québec), Baptiste Gilliéron (Suisse) et Nadia Kounda (Maroc).

Cette année encore, 5 jeunes comédien(ne)s francophones ont l’opportunité de rencontrer les professionnels présents et de participer à différents évènements et activités mis en place spécialement à leur attention : projection de leur démos, lecture de scénarios, speed meeting avec agents et directeurs de casting et rencontre avec le public. L’objectif de cet atelier est de permettre à ces jeunes d’ouvrir leur carrière à l’International.

À Namur, ils auront l’opportunité de profiter de la dynamique et de l’effervescence du Festival pour faire des rencontres avec tous les professionnels présents à notre 27ème édition mais aussi de se faire connaitre auprès du grand public belge.

Ces 5 jeunes auront la chance d’être « parrainés » par la comédienne belge Anne Coesens.

Anne Coesens

Marraine – Belgique - Comédienne

Comédienne belge, Anne Coesens est remarquée à ses débuts sur les planches avec les pièces «  Un lion en hiver », « Le Songe d’une nuit d’été », « Cyrano de Bergerac », ainsi qu’à la télévision avec « Une soupe aux herbes sauvages » ou encore « Ce que raconte Ernesto » … Ses premiers pas au cinéma se font sous la direction du réalisateur Alain Berliner avec le rôle principal du court métrage  « Le Jour du chat » (1991) ainsi que dans le long métrage  « Ma vie en rose » (1997). On pourra ensuite voir Anne Coesens dans « Alliance cherche doigt » de Jean-Pierre Mocky (1997) puis « Pure fiction » de Marion Handwerker (1998). Le film « Le Secret » de Virginie Wagon, sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2000, lui permet de révéler définitivement l’étendue d’un talent incontestable. « Chambre froide », court métrage d’Olivier Masset-Depasse présenté au FIFF en 2000, marque le début d’une fructueuse collaboration. Muse du réalisateur, elle tourne ensuite avec lui un second court, « Dans l’ombre » (2003), puis le long métrage « Cages », présenté en Compétition au FIFF en 2006. En 2010, « Illégal », sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes,  lui permet de décrocher le Bayard d’Or et le Magritte de la Meilleure comédienne  en 2011. Elle joue également dans des séries télévisées tel « Reporters » (2007-2009), où elle incarne la directrice du journal 24 heures.  En 2002, Anne Coesens était membre du Jury Officiel du FIFF.

Nabil Asli - Algérie

Licencié en Arts du spectacle de l’Institut National des Arts dramatiques d’Algérie, Nabil Asli débute sa carrière de comédien au  Théâtre National de son pays natal. Il se fait remarquer dès ses débuts dans « Les Physiciens » de Frédéric Domat et plus récemment dans « Bled Echams » de Hajar Bali. En plus de jouer, il écrit et met en scène des pièces de théâtre comme « La Fabuleuse » (2006) de Youcef Taouint. Le comédien apparaît dès 2008 dans des feuilletons comme « Jourouh el hayet » (« Les Blessures de la vie »). En 2009, il est à l’affiche du long métrage « Harragas » de Merzak Allouache qu’il retrouve deux ans plus tard pour « Normal ! » (Meilleur film en langue arabe au Doha Tribeca Film Festival) et pour « Le Repenti », présenté à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes en mai dernier ainsi qu’au FIFF dans la section « Regards du présent ». Il sera prochainement à l’affiche de « La Chute de Grenade »  de Mohamed Chouikh. Nabil Asli est également cette année au FIFF à l’affiche du court métrage en compétition « Demain, Alger ? » d’Amin Sidi-Boumediène.

Ioana Blaj - Roumanie

Ioana Blaj est diplômée de l'Université nationale d'art théâtral et cinématographique de Bucarest en Roumanie. Après avoir étudié l’économie à l’Academie d’Études Économiques de Bucarest, elle se réoriente vers ses premières passions : le théâtre et le cinéma. En 2010, elle tient des rôles dans différents  longs métrages tels « Mardi, après Noël » dirigé par Radu Muntean (Bayard d’or du meilleur film) et « Les Lycéens dans 53 heures et quelque chose » d’Adrian Popovici. Avant ces collaborations, elle  tourne dans des courts métrages : «  Bric-Brac » de Gabriel Achi, sélectionné à la Berlinale 2008, et « Down the rabbit hole » d’Eva Pervolovici,  présenté dans une série de festivals européens. Sur les planches, elle joue notamment dans « La Mouette » d’Anton Tchekhov.

Damien Côme Bernard Chapelle - Belgique

Damien Côme Bernard Chapelle est né le 8 décembre 1988 à Liège. Dès son plus jeune âge, il suit un parcours de chanteur/acteur au sein de l'Opéra Royal de Wallonie. Il participe notamment à « Brundibar » sous la direction de Claire Servais et travaille, entre autres, avec Jean-Louis Grinda dans « La Bohème » et Didier Vincent dans « L’Auberge du Cheval blanc ». Il crée par la suite plusieurs formations musicales et autres collectifs d’art urbain. En 2008, il part pour Bruxelles et entre à l’INSAS, section « Interprétation dramatique ». Le Mouvement NousLoveChachacha est créé en 2009 : danse-performance, interpellations scénique et musicale, NLCCC est finaliste au concours « Danse Elargie » du Théâtre de la Ville à Paris en juin 2011. En 2009,  il intègre la compagnie « Ultima Vez » sous la direction du chorégraphe Wim Vandekeybus. Un an plus tard, il est l’acteur-danseur soliste de la création « Monkey Sandwich » qui parcoure toute l'Europe. En 2011, il reste dans la Compagnie pour une nouvelle création, « Radical Wrong », toujours en représentation actuellement. En 2013, il sera dans l’équipe qui recrée, pour les 25 ans d’Ultima Vez, la 1ère création de Wim Vandekeybus « What the Body Does Not Remember ». Il est cette année à l’affiche au FIFF du court métrage « Les Corps conducteurs » de Zeno Graton, présenté en Compétition nationale.

Sophie Desmarais - Québec

Dès sa sortie de l’école de théâtre, Sophie collectionne les rôles. Elle fait ses débuts sur grand écran dans « Le Grand départ » de Claude Meunier (2007) avant d’interpréter d’importants rôles très différents dans les films « Funkytown » de Daniel Roby (2009), « Curling » de Denis Côté (2010) ou encore « Décharge » de Benoît Pilon (2011), présenté lors de la 26ème édition du FIFF. En 2012, elle décroche un rôle principal dans « Chasse au Godard d’Abbittibbi » d’Éric Morin ainsi que le rôle titre de « Sarah préfère la course » de Chloé Robichaud. Elle s’est également illustrée au théâtre en jouant dans « L’Ecole des femmes, Musique pour Rainer Maria Rilke, Norway.Today » et « Beaucoup de bruit pour rien », pour lequel elle a obtenu le prix de la relève 2009. Elle a aussi fait plusieurs apparitions à la télévision.

Francesco Martino - Italie - Comédien

Jeune comédien italien, Francesco Martino étudie à l’Académie Nationale d’Art Dramatique Silvio D’Amico de Rome et au Susan Batson Studio à New York. Il débute très jeune au théâtre, comme protagoniste du spectacle « Peccato che fosse puttana » de Luca Ronconi. Il travaille ensuite avec Massimo Castri, Giuseppe Marini et dans divers spectacles du Teatro Stabile de Turin. Son baptême cinématographique a lieu avec « La Fenêtre d’en face » de Ferzan Ozpetek (2005), suivi de « Aria » de Valerio D’Annunzio et « Butterfly zone » de Luciano Capponi. Il joue en anglais dans le thriller « Parking Lot » de Francesco Gasperoni, dans « Imago mortis » de Stefano Bessoni, et également sous la direction de Peter Greenaway dans « The Tulse Luper Suitcases » et « Peopling The Castle ». Il joue également pour la télévision, notamment dans le film historique « Don Gnocchi » de Cinzia TH Torrini  ainsi que dans plusieurs séries télévisées italiennes.  Il vient de vivre sa première expérience professionnelle aux Etats-Unis avec la récente série web « H+ », produite par Bryan Singer pour Warner Premier et lancée en juillet 2012.

Dans les traces de l'Atelier Grand Nord

Depuis de nombreuses années, le FIFF met en avant les auteurs dans leur grande diversité et dans leur souci commun de l’écriture, ce maillon initial et indispensable de la grande chaîne de production du cinéma.

Suite au succès rencontré depuis 2008, le FIFF et la SACD Belgique s’inscrivent pour la 5ème fois « Dans les traces de l’Atelier Grand Nord ». L’Atelier Grand Nord réunit chaque année des scénaristes et des experts de France, Belgique, Québec, Suisse et Luxembourg pour un atelier d’une semaine entièrement consacré à la réécriture de scénarios, une étape délicate mais cruciale dans le développement d’un film de fiction.

Les partenaires de l’Atelier Grand Nord proposent aux scénaristes de l’édition 2012 de se retrouver au FIFF autour de la version retravaillée de leur scénario, pour une relecture critique et un nouvel échange.

Ce suivi est aussi l’occasion de renforcer le réseau des auteurs réunis par Grand Nord et d’encourager les liens professionnels au-delà des frontières. Parallèlement à ces retrouvailles, les participants de l’Atelier sont invités à prendre part aux autres activités du FIFF et à y rencontrer les professionnels présents, notamment les participants de l’Atelier d’expertises – Forum francophone de la production.

« Dans les Traces de l’Atelier Grand Nord » est une initiative de la SODEC, en partenariat avec Wallonie Bruxelles International et la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD France, Belgique et Canada). Depuis sa création en 2004, plus de 28 projets de films ont été portés à l’écran. La 9ème édition s’est déroulée du 26 janvier au 3 février derniers.

Se retrouvent à Namur pour ce suivi :

- Laurent Brandenbourger, Belgique, expert

- Antoine Cuypers, Préjudice, Belgique

- Patrice Deboosère, Hors-Je, France

- Luc Galissaires, Le Dimanche à midi, France

- Rafaël Ouellette, Canada, expert

- Emmanuelle Pirotte, False Flag, Belgique

Présentation des participants (pdf - 307,77 kB)

Forum de la production 

Le Forum francophone de la production accueille les producteurs et auteurs de 6 projets de longs métrages de fiction francophones pour 4 intenses journées de travail.

Tout au long des 9 précédentes éditions, le Forum a accueilli 72 projets. Sur les 66 projets expertisés jusqu’en 2011, un tiers ont vu le jour dans le paysage cinématographique francophone.

Ce n’est pas sans fierté ni réussite (à en juger les palmarès !) que le FIFF a déjà eu l’occasion de programmer certains d’entre eux :

  • « A Perfect Day » de Joanna Hadjitomas et Khalil Joreige, Bayard du meilleur comédien en 2005 pour Ziad Saad (Liban) ;
  • « Cages » d’Olivier Masset-Depasse, Prix du public et Prix du Jury Junior en 2006 (Belgique) ;
  • « Rêves de poussière » de Laurent Salgues, Prix Ciné-FX en 2007 (France/Burkina Faso) ;
  • « Faro, la Reine des Eaux » de Salif Traoré, Prix Emile Cantillon en 2007 (Mali) ;
  • « Le Jour où Dieu est parti en voyage » de Philippe Van Leeuw, Prix Découverte Emile Cantillon en 2009 (France/Belgique/Rwanda) ;
  • « Noces Éphémères » de Reza Serkanian, Compétition Emile Cantillon (Iran/France) ;
  • « Opération Casablanca » de Laurent Nègre, section « Regards du Présent » en 2011 (Suisse) et
  • « Le Sac de Farine », premier film de Khadija Leclere (Belgique), présenté en compétition Emile Cantillon.

Pour ses 10 ans, l'Atelier permettra à 6 projets de longs métrages francophones, chacun représenté par son producteur, son auteur et parfois son coproducteur, de bénéficier des conseils et recommandations de 5 experts de renom : un producteur, un scénariste, un expert en développement, un expert en diffusion et un directeur de casting. Des rendez-vous collectifs leurs sont également proposés, aussi bien sur le difficile exercice du pitch que sur l’art de choisir la bonne scène pour faire passer un casting, ou encore la multiplicité des financements en Francophonie. 

En partenariat avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC Québec), l'Office fédéral de la culture suisse, Téléfilm Canada, et le Film Fund Luxembourg, avec le soutien d’Unifrance et de TV5 Monde.