Logo FIFF

Archives

Retour


Cette 32ème édition du Festival International du Film Francophone de Namur a fait l’objet d’une belle couverture médiatique qu’il s’agisse de presse écrite, de télévision mais aussi de médias en ligne. 
Le Festival a proposé 182 séances dont 144 séances publiques en 8 jours, soit une moyenne de 18 séances par jour. Sans compter les séances en réalité virtuelle, au nombre de 26 sur 4 jours.
 

Chiffres clés de la 32ème édition du FIFF

30.861 festivaliers
6.914 jeunes spectateurs
769  participants au FIFF Pro 
71 longs métrages
78 courts métrages
182 séances dont 144 séances publiques et 38 séances de presse
1.448 accrédités dont 327 accrédités presse
26 territoires représentés, dont 17 pays francophones
1.072 nuits d’hôtel

 

le FIFF dans les médias

Car ici tout est à la fois familial et assez solennel: Namur, aux yeux du reste du monde, n’est pas simplement la ville bourgeoise et agréable qu’elle est pour nous, Belges: elle constitue un haut lieu de cinéma, où l’on accourt de toute la francophonie, et au-delà.
Peut-être même aurez-vous l’occasion de sympathiser avec de sombres inconnus, mais stars de demain: les Namurois se souviennent du jeune garçon en hoodie "discret mais charismatique", venu présenter il y a huit ans, en toute humilité, son premier film ("J’ai tué ma mère"). Un certain… Xavier Dolan. Lecho.be (Belgique) – 29 septembre 2017
 


Ils ont dit ...

"C’est un festival très sérieux. De tous les festivals, le FIFF a une identité propre et est très respecté. Chaque fois que j’en parle en France, on sait de quoi il s’agit. C’est un festival très ouvert et très sincère. Les organisateurs et le public sont là pour l’amour du cinéma ; On le sent. C’est comme une plaque tournante, surtout pour le jeune cinéma. On sait qu’il va y avoir beaucoup de films et quelques pépites qui vont sortir." Martin Provost, L’avenir, 3 octobre

"Je suis surpris de la diversité des films et de l’engagement. J’ai rencontré d’autres jurés, d’autres professionnels qui ont une vision du boulot qui enrichit la mienne."
Marc Zinga, L’avenir, 6 octobre 2017

"Le FIFF est devenu au fil des années un lieu de rencontres cinématographiques important sur la planète cinéma. Il est important pour les Namurois, important pour les gens de la communauté française, mais pas seulement. Il est important pour bon nombre de cinéastes étrangers, français, canadiens, africains. Namur est devenu très important donc on n’a qu’un espoir c’est que ça continue et que ça prenne encore de l’importance." 
Jean-Pierre Dardenne, LMDH, 2 octobre