Logo FIFF
Inscription film ! Jury Junior Photos et vidéos

Archives

Retour


Qui dit année exceptionnelle dit FIFF exceptionnel ! 

Cette 35ème édition du FIFF Namur a été, certes, différente des précédentes mais tout aussi réjouissante ! En effet, après des mois durant lesquels se sont succédé les annulations d’événements culturels, les spectateur.rice.s ont réaffirmé leur soif de cinéma en se rendant nombreux.ses dans nos salles obscures. 
Compte tenu du contexte de la covid-19, la formule de ce FIFF 2020 a été pensée afin d’accueillir le public dans les meilleures conditions possibles tout en lui garantissant une riche programmation de films et de séries mais aussi d’ateliers professionnels et scolaires ou encore d’activités insolites permettant d’aborder le cinéma sous de nouveaux angles. 
De 2019 à 2020, le nombre des salles de cinéma occupées par le FIFF est passé de 5 à 3 (2 au Caméo et 1 au Delta). Cela afin d’assurer une circulation fluide dans les salles de cinéma et éviter un maximum les croisements d’entrées et de sorties de salle. En dépit de cette légère réduction, une large sélection de 88 longs-, courts métrages et séries, reflétant toute la richesse du cinéma de la Francophonie, a pu être projetée EN VRAI et EN GRAND pendant ces 8 jours dédiés au 7ème Art.
Parmi les réalisateur.rice.s étranger.e.s, certain.e.s n’ont pu se rendre à Namur, en raison de la crise sanitaire. Afin de pallier leur absence, notre équipe a réalisé leurs interviews via vidéoconférence, en amont du FIFF, en vue de les diffuser, à l’issue des projections, dans les salles de cinéma. Ceci a permis de créer la rencontre (virtuelle) avec le public et d’offrir ainsi un éclairage supplémentaire sur le film qu’il venait de voir.

Grande nouveauté de cette édition anniversaire, des événements et projections alternatifs, repris sous le label FIFF’OFF, ont été co-imaginés et co-organisés avec nos partenaires culturels et événementiels namurois. Ces nombreuses activités quotidiennes ont, non seulement, permis au public de vivre le Festival autrement mais ont également renforcé la cohésion et la solidarité entre le FIFF et les acteurs locaux.  Par ailleurs, en l’absence du traditionnel Chapiteau, et afin de soutenir le secteur HORECA namurois, les festivalier.e.s ont été invité.e.s à se rendre dans nos bars partenaires à leur sortie des salles de cinéma.

Alors que les sorties extrascolaires pour le public secondaire avaient été interdites dès la rentrée académique, nous avons appris à quelques jours du Festival que cette mesure avait été levée. Cette décision a permis au FIFF Campus de maintenir ses activités et ses ateliers pédagogiques pour tout le public scolaire, âgé de 3 à 25 ans. Par ailleurs, afin de prévenir d’éventuelles craintes d’enseignant.e.s et directeur.rice.s d’école de se rendre jusqu’à Namur avec leurs classes, certains ateliers citoyens et techniques du FIFF Campus ont pu être organisés au sein même des établissements scolaires. 
Du côté du FIFF Pro, le Festival a réaffirmé sa volonté de se mettre au service du secteur et de participer activement à sa relance via le maintien de ses rencontres et ateliers. Cette année, particulièrement, le FIFF Pro a mis l’accent sur les professionnel.le.s belges ainsi que sur la jeune génération à travers, notamment, l’organisation de la Manufacture XXL et de l’atelier coaching. Et si la majorité des activités du volet professionnel a pu être organisée, en présentiel, à Namur, certaines rencontres se sont tenues totalement ou partiellement en ligne. 

Au lendemain du FIFF, nous nous réjouissons de l’enthousiasme suscité par cette 35ème édition. Nous tenons à remercier chaleureusement les spectateur.rice.s, les invité.e.s ainsi que les partenaires d’avoir répondu présent.e.s à notre invitation à PARTAGER LE CINÉMA. EN VRAI. EN GRAND. 

Et si le Festival est terminé, de nombreux films, eux, continuent de sortir dans les salles et ce, pour notre plus grand plaisir ! Dès lors, nous encourageons vivement le public à courir dans les cinémas, mais aussi les théâtres, les salles de concerts et de spectacles, les centres culturels… Bref à soutenir le secteur pour continuer à nourrir notre besoin de culture, à toutes et tous, et permettre aux créations artistiques de voir le jour dans les mois et années qui viennent. Car ce sont ces mêmes œuvres qui nous divertiront, nous interrogeront, nous éveilleront et nous feront rêver, tout simplement !