Logo FIFF

Le 34ème FIFF a son affiche !

Vous l'attendiez de pied ferme !
Là voici, l'affiche officielle de la 34ème édition du FIFF

Partager le cinéma.
En vrai.
En grand. 

On réaffirme notre slogan haut - grand - et fort ! 
On ose les tons colorés, vifs et contrastés ! 
Bref, on opte pour une affiche à l'image d'un 34ème FIFF qui s'annonce flamboyant ! 

© Cécile Van Caillie.

 

12 juin : projection de de Yolande Zauberman !

Le 34ème FIFF se tiendra du 27 septembre au 4 octobre prochain, dans 4 mois. C'est demain presque ! Autant donc vous dire que notre équipe s'active ! Et comme nous avons très envie de vous revoir d'ici le Festival - car nous, nous trouvons que c'est encore bien loin - nous vous proposons de nous rejoindre pour une projection exceptionnelle de M, Bayard d'Or 2018 ! 

Le 12 juin prochain, à 19h30, au Cinéma Caméo à Namur, venez découvrir le documentaire M de Yolande Zauberman en présence de la réalisatrice, de Thierry Klifa, Président du Jury 2018, et du juré Jean-Yves Roubin. Il est important de souligner que c’est grâce au Bayard d’Or que M va trouver le chemin des salles belges ! Le film sera en effet distribué par Galeries Distribution dès le 19 juin.

Nous profiterons de cette soirée exclusive pour vous dévoiler quelques informations exclusives sur la prochaine édition !

La projection sera suivie d'un show-case de Sinus Georges à la brasserie Caféo. 

Intéressé.e.s ? Rejoignez l'événement Facebook ici.

Pas disponible sur Namur ? Pas d'inquiétude, M sera présenté aux Cinéma Galeries à Bruxelles le 13 juin prochain à 19h en présence de sa réalisatrice Yolande Zauberman. 


Tourné en yiddish, voyage au cœur de Bneï Brak, la capitale mondiale des haredim, les ultra-orthodoxes juifs, les «Craignant-Dieu» en hébreu. Cette ville, Menahem Lang y a grandi. Il y était connu pour sa gentillesse, son assiduité à l’école talmudique et surtout sa voix d’or qui a fait de lui un chantre réputé de chants liturgiques. Mais à vingt ans, il rompt avec cette vie pieuse et s’installe à Tel-Aviv car l’enfant au sourire clair cachait un secret : il avait été violé pendant des années par des membres de cette communauté qui l’adulait. Menahem réussit l’exploit d’ouvrir la porte de ce monde interdit. Si c’est un retour sur les lieux du crime, c’est aussi un retour sur les lieux qu’il a aimés, un chemin initiatique parsemé de rencontres inouïes, de rituels retrouvés, une réconciliation. Comme aimantés, ceux qui ont vécu ce qu’il a vécu se révèlent, osant parler, éloignant la hantise du «gal-gal», ce cercle vicieux qui transforme depuis la nuit des temps les violés en violeurs.