j
h
m
s
Favorites

30e édition du Festival
Du 2 au 9 octobre 2015

A l’occasion de notre trentième anniversaire, il n’était pas question de faire un festival de rétrospectives mais bien de tourner notre regard vers l’avenir en soutenant la jeune génération belge et francophone. En ouverture, le FIFF a donc accueilli le 1er long métrage du jeune réalisateur belge Antoine Cuypers, Préjudice, avec notamment Nathalie Baye, Arno et Thomas Blanchard.
Ce festival est très beau et important pour le film. C’est essentiel d’y être pour l’accompagner, surtout qu’il est vraiment réuss
i. Nathalie Baye à propos de Préjudice. Ciné télé revue, 8/10/2015 Premier film également pour la réalisatrice française Baya Kasmi, qui a clôturé cette édition avec Je suis à vous tout de suite.

LE 30ÈME FIFF EN QUELQUES CHIFFRES

  • 32.678 spectateurs
  • 7.504 participants au FIFF Campus.
  • 600 participants aux rencontres et ateliers professionnels
  • 77 longs métrages
  • 82 courts métrages
  • 16 clips
  • 150 séances et 42 visions de presse
  • 1.464 accrédités dont 340 journalistes
  • 25 territoires représentés, dont 17 pays francophones
  • 1.273 nuits d’hôtel
  • 30.089 visites sur notre site Internet pendant le Festival

A l’occasion de notre trentième anniversaire, il n’était pas question de faire un festival de rétrospectives mais bien de tourner notre regard vers l’avenir en soutenant la jeune génération belge et francophone. En ouverture, le FIFF a donc accueilli le 1er long métrage du jeune réalisateur belge Antoine Cuypers, « Préjudice », avec notamment Nathalie Baye, Arno et Thomas Blanchard. « Ce festival est très beau et important pour le film. C’est essentiel d’y être pour l’accompagner, surtout qu’il est vraiment réussi. » Nathalie Baye à propos de « Préjudice ». Ciné télé revue, 8/10/2015 Premier film également pour la réalisatrice française Baya Kasmi, qui a clôturé cette édition avec « Je suis à vous tout de suite ».

Le FIFF dans les médias

Le Festival international du Film francophone de Namur n’est plus à présenter. En place depuis 1986, il n’a cessé de croitre et de se faire connaître au niveau international. Aujourd’hui la machine roule presque toute seule. Presque car ils sont nombreux à travailler dans l’ombre pour faire de ce rendez-vous des amoureux du cinéma une vraie réussite chaque année. La Meuse – 3/10/2015

Le FIFF namurois a débuté vendredi et comme d’habitude l’engouement public est exceptionnel. Cinevox – 4/10/2015

Namur – most prominent French speaking Film festival. Nine O’Clock (Roumanie) – 5/10/2015

Le FIFF joue la carte de la fidélisation et s’avère une belle rampe de lancement pour les nouveaux talents. Le Soir - 18/09/2015

Le FIFF a les mêmes armes qu’au début : une sincérité exemplaire, une bonhomie des plus beaux jours et une convivialité difficilement égalable. Branchés culture - 10/10/2015

Ils ont dit...

Vanessa Paradis – Le Soir – 3/10/2015 :

Ca me fait plaisir de venir rencontrer des cinéastes belges et de passer du temps dans un festival où l’on sent que les gens sont vraiment là pour l’amour du cinéma. Namur ce n’est pas la frime. Ca m’a l’air joyeux.

Nathalie Baye - La Meuse - 1/10/2015 :

Le cinéma doit à la fois divertir, mais aussi faire penser et faire voyager. Et le FIFF arrive à très bien refléter cette volonté.

Raf Reyntjens, réalisateur Paradise Trips - L’Avenir - 6/10/2015 :

C’est chouette de laisser une plateforme au cinéma flamand. En Belgique, le cinéma est séparé politiquement. Je trouve important qu’il existe un mélange. Car cela permet de s’inspirer les uns les autres.

Olivier Gourmet – www.fiff.be :

Qu’est-ce qui vous ramène toujours au FIFF? La simplicité. L’humanité. C’est d’abord ça : des émotions et des rapports humains. Après, la programmation et leur envie de diffuser un cinéma différent et francophone, de pays et de films qu’on ne pourrait pas voir s’ils n’avaient pas la tribune qu’ils ont au FIFF. Et d’autre part, c’est un festival très accessible au public. C’est important que le public participe autant parce qu’il voit des choses qu’il n’irait probablement pas voir autrement.

Laura Smet, L’Avenir - 9/10/2015 :

(Le FIFF) m’a nourri de belles rencontres. Je repars avec un gros bagage.

Marc-André Grondin – www.fiff.be :

C’est un des festivals les plus sympathiques. Il y a vraiment une belle ambiance, une belle camaraderie. Les équipes de films se mélangent pendant les soirées ce qui n’arrive pas beaucoup ailleurs. Aussi, la majorité des films y est en langue française et je trouve important d’avoir un festival où tous ces petits territoires qui se battent pour faire leurs films en français puissent échanger, collaborer, partager leurs oeuvres (…) C’est un événement qui est d’autant plus important aujourd’hui qu’il est de plus en plus difficile de faire des films.

Jury Longs métrages

Compétition Officielle longs métrages

Bayard d'or du Meilleur film

Tempête de Samuel Collardey (France)

Prix Spécial du Jury

Our City de Maria Tarantino (Belgique)

Mention Spéciale

Welcome Home de Philippe de Pierpont (Belgique)

Bayard d'or de la Meilleure Comédienne

Loubna Abidar dans Much Loved de Nabil Ayouch (Maroc/France)

Bayard d'or du Meilleur Comédien

Dominique Leborne dans Tempête de Samuel Collardey (France)

Bayard d'or de la Meilleure Photographie

Aferim ! de Radu Jude (Roumanie/Bulgarie/République Tchèque/France)

Bayard d'or du Meilleur Scénario

Une enfance de Philippe Claudel (France)

Jury Emile Cantillon

Compétition 1ère œuvre de fiction

Bayard d'or de la Meilleure 1ère oeuvre de fiction

A peine j’ouvre les yeux de Leyla Bouzid (Tunisie/Belgique/France/Émirats Arabes Unis)

Prix découverte

Ni le ciel, ni la terre de Clément Cogitore (France/Belgique)

Mention Spéciale

Le Nouveau de Rudi Rosenberg (France)

Prix du Jury Junior

Paul à Québec de François Bouvier (Québec)

Compétition Internationale courts métrages

Bayard d'or du Meilleur Court métrage

Waves '98 d’Ely Dagher (Liban/Qatar)

Prix Spécial du Jury

Ton cœur au hasard d’Aude-Léa Rapin (France)

Mention Spéciale

Père de Lotfi Achour (Tunisie/France)

Compétition Nationale-FWB courts métrages

Meilleur Court métrage

The Hidden Part de Monique Marnette et Caroline D’hondt (Belgique)

Prix Spécial du Jury

Dernière porte au sud de Sacha Feiner (Belgique/France)

Prix de la Meilleure photographie

Les Amoureuses de Catherine Cosme (Belgique/France)

Prix d'interprétation

Sophie Breyer, Judith Williquet, Lou Bohringer, Olivia Smets, Stéphane Caillard dans Le Sommeil des Amazones de Bérangère McNeese (Belgique)

Mention Spéciale

Zoufs de Tom Boccara, Noé Reutenauer, Émilien Vekemans (Belgique)

Compétition Clips

Prix du Meilleur Clip

She's bad par DyE feat. The Egyptian Lover de Jean-Philippe Chartrand et Benjamin Mege AKA Dent de cuir

Prix du public

Prix du public court métrage

XYZ, The City Hunter de M. Tikal (Belgique)

Prix du public long métrage de fiction

Le Nouveau de Rudi Rosenberg (France)

Prix du public documentaire

Éclaireurs de Christophe Hermans (Belgique)

Prix OFF

Le Prix Cinevox a été attribué à Xavier Seron pour Je me tue à le dire

Le Prix de la critique U.C.C. et U.P.C.B. a été attribué à Guillaume Senez pour Keeper

Le Prix BeTV a été attribué à Laurent Scheid pour Tout va bien

Le Prix Arte a été attribué à Juliette Klinke et Thomas Xhignesse pour Nelson

Le Prix Format court a été attribué à Jean-François Ravagnan pour Renaître

Jury Longs Métrages

Olivier Gourmet, comédien (Belgique) - PRÉSIDENT

Khaled Benaissa réalisateur et comédien (Algérie)

Elisa Garbar, productrice (Suisse)

Marc-André Grondin, comédien (Québec)

Raphaël Personnaz, comédien (France)

Laura Smet, comédienne (France)

Pitcho Womba Konga, comédien, musicien, metteur en scène (Belgique/République Démocratique du Congo)

Jury Courts Métrages

Lubna Azabal, comédienne (Belgique) - PRÉSIDENTE

Frédéric Diefenthal, comédien (France)

Ian Gailer, directeur du Festival de cinéma de la ville de Québec (Québec)

Cédric Ido, réalisateur et comédien (Burkina Faso/France)

Camélia Jordana, chanteuse et comédienne (France)

Jury Emile Cantillon

Flavia Dima (Roumanie)

Mariam El Mouchaouq (Maroc)

Ramatou Fhaouzia Ouédraogo (Burkina Faso)

Manon Goupil (Suisse)

Sébastien Kubiak (France)

Elvire Munoz (Belgique)

Camille Trudel (Québec)

Jury Junior

Lou Borgers (Lycée de Namur)

Laszlo Guissard (Ecole Decroly, Bruxelles)

Samuel Hennaux (Institut Sainte-Marie Namur)

Chana Holvoet (Collège d’Alzon, Bure)

Alma Laloy (Institut Notre-Dame du Sacré Coeur, Beauraing)

Julien Rose (Ecole Européenne de Bruxelles III)

Romain Van Den Steen (Collège Notre dame de Bellevue, Dinant)

Jury Cinevox

Cathy Immelen, journaliste cinéma de la RTBF (Belgique) - encadrante

Frédéric Bouchat (Bruxelles)

Noémie Garcia Carrillo (Liège)

Thomas Lambillon (Namur)

Valérie Moeneclaey (Jambes)

Jury de la critique

Nicole Devarre, RTBF

Sylvain Gressier, Cinergie/Revue du Cinéma Belge

Djia Mambu, Radio Africa/Africiné/ Africultures

Pour ses 30 ans, le FIFF offre son Coup de cœur à une artiste au parcours exceptionnel qui fêtera, elle aussi bientôt, ses 30 ans de carrière ! Vanessa Paradis

Été 1987. En quelques semaines, « Joe le taxi », composé par Etienne RodaGil et Franck Langolff, devient une chanson culte qui squatte le sommet du TOP 50 pendant pas moins de 11 semaines ! À 14 ans, Vanessa Paradis débute sa carrière avec ce titre qui la propulse du jour au lendemain sur le devant de la scène. Le succès est fulgurant et la « Lolita de la chanson française », tel qu’on la surnomme alors, déchaine les passions. L’album « M&J », comprenant notamment les tubes « Marilyn et John » et « Maxou »,sort quelques mois plus tard et s’écoule à 500.000 exemplaires à travers le monde. Il lui permet également de remporter en 1990, la Victoire de la musique de l’artiste interprète féminine de l’année.

En 1989, sollicitée par de nombreux cinéastes, elle choisit de débuter au grand écran avec un rôle dramatique à mille lieues de l’image que le grand public a d’elle. Pari risqué mais payant : son interprétation dans « Noce blanche » de Jean-Claude Brisseau fait l’unanimité et l’impose immédiatement comme une des jeunes comédiennes les plus prometteuses du début des années 90. Preuve en est, le doublé Prix Romy-Schneider et César du Meilleur espoir féminin décroché en 1990.

Serge Gainsbourg, sous le charme lui aussi, décide alors de lui écrire l’intégralité des textes de son 2ème album : « Variations sur le même t’aime » est de nouveau un large succès, s’écoulant à près de 400.000 exemplaires.C’est ensuite dans la langue de Shakespeare que Vanessa Paradis a envie de chanter. S’exilant quelque temps à New York, elle collabore avec Lenny Kravitz qui compose et produit son 3ème album sobrement intitulé « Vanessa Paradis » . Elle se lance alors dans sa toute 1ère tournée et part à la rencontre de son public, conquis et ravi de la voir faire ses premiers pas sur scène.

C’est alors que le cinéma lui fait à nouveau les yeux doux : Jean Beckerlui offre le rôle principal de son film « Elisa », dans lequel elle donne la réplique à Gérard Depardieu. Elle enchaine ensuite les projets ciné : « Un amour de sorcière » de René Manzor lui permet de travailler aux côtés de Jean Reno et Jeanne Moreau tandis que Patrice Leconte lui propose de jouer les arbitres du duo mythique Alain Delon/Jean-Paul Belmondo dans« Une chance pour deux ». Le réalisateur ne s’arrête pas là ! En 1999, il la dirige à nouveau dans « La Fille sur le pont », film au noir et blanc sublime. Eblouissante, elle joue une jeune fille paumée, Adèle, qui accumule la malchance.Un dénommé Gabor, incarné par Daniel Auteuil, viendra lui sauver la vie en lui lançant un stoïque « Vous avez l’air d’une fille qui va faire une connerie » alors qu’elle est sur le point de se jeter dans la Seine. L’accueil du public et de la presse sont unanimes et ce rôle lui permet d’être nommée pour la première fois au César de la Meilleure actrice.

Près de 8 ans après son dernier album, « Bliss », Vanessa Paradis revient à la musique au début des années 2000 avec un CD composé notamment par Mathieu Chédid, Alain Bashung et Franck Monnet. Vanessa repart alors sur les routes afin de partager ses nouveaux morceaux avec son public,toujours aussi fidèle.

S’enchainent ensuite plusieurs tournages dont le déjanté film des frère Poiraud, « Atomik Circus », dans lequel elle rencontre le Namurois Benoît Poelvoorde, ou encore « Mon ange » de Serge Frydman, tourné en grande partie en Belgique.

2007 signe en beauté le retour à ses premières amours. Son 5ème album« Divinidylle », composé en grande partie par Mathieu Chédid, fait l’unanimité et lui permet de remporter 2 Victoires de la musique l’année suivante !

En 2010, elle forme, avec Romain Duris, un duo explosif dans la comédie romantique « L’Arnacoeur » de Pascal Chaumeil qui fait un carton en salles.Elle enchaine les projets et prête notamment sa voix au personnage de Lucille dans « Un monstre à Paris » d’Eric Bergeron. Le réalisateur québécois Jean-Marc Vallée fait alors appel à elle pour jouer un des rôles principaux de son film choral « Café de Flore », sélectionné notamment à la Mostra de Venise. Un rôle fort de mère en détresse grâce auquel elle est sacrée Meilleure actrice aux Génie et aux Jutra, équivalents canadiens etquébécois des Magritte.Son 6ème album, « Love Songs » produit et réalisé par Benjamin Biolay, sorten 2013, avec une nouvelle Victoire de la musique à la clef !

En 2014, elle est à l’affiche de 2 longs métrages aux castings impressionnants : elle partage ainsi l’affiche de « Fading Gigolo » de John Turturro avec Woody Allenet Sharon Stone puis de « Sous les jupes de filles » d’Audrey Dana avec Isabelle Adjani, Sylvie Testud et Laetitia Casta.

Afin d’illustrer ce Coup de Cœur, nous avons demandé à Vanessa Paradis de présenter 3 films parmi sa filmographie ainsi qu’un long métrage francophone qu’elle aime tout particulièrement. Elle a donc choisi : « La Fille sur le pont » de Patrice Leconte, « L’Arnacoeur » de Pascal Chaumeil et « Café de Flore » de Jean-Marc Vallée ainsi que le classique « Le Diable par la queue » de Philippe de Broca.

Ouverture

Préjudice d’Antoine Cuypers (Belgique/France/Luxembourg)

Clôture

Je suis à vous tout de suite de Baya Kasmi (France)

Compétition Officielle

Aferim ! de Radu Jude (Roumanie/Bulgarie/République Tchèque/France)

Chorus de François Delisle (Québec)

Des Apaches de Nassim Amaouche (France/Algérie)

Les Êtres chers d’Anne Emond (Québec)

L’Hermine de Christian Vincent (France)

Horizontes d’Eileen Hofer (Suisse)

La Montagne magique d’Anca Damian (Roumanie/Pologne/France)

Much Loved de Nabil Ayouch (Maroc/France)

Our City de Maria Tarantino (Belgique)

Parisienne de Danielle Arbid (France/Liban)

Tempête de Samuel Collardey (France)

Une enfance de Philippe Claudel (France)

La Vallée (Al Wadi) de Ghassam Salhab (Liban/France/Allemagne/Qatar)

La Vanité de Lionel Baïer (Suisse/France)

Welcome Home de Philippe de Pierpont (Belgique)

Compétition Première Œuvre

A peine j’ouvre les yeux de Leila Bouzid (Tunisie/Belgique/France/Émirats Arabes Unis)

Le Bruit des arbres de François Péloquin (Québec)

Les Démons de Philippe Lesage (Québec)

Je me tue à le dire de Xavier Seron (Belgique/France)

Je suis à vous tout de suite de Baya Kasmi (France)

Je suis un soldat de Laurent Larivière (France/Belgique)

Keeper de Guillaume Senez (Belgique/Suisse/France)

Lumea e a mea de Nicolae Constantin Tanase (Roumanie)

La Marcheuse de Naël Marandin (France)

Ni le ciel, ni la terre de Clément Cogitore (France/Belgique)

Le Nouveau de Rudi Rosenberg (France)

L'Œil du cyclone de Sékou Traoré (Burkina Faso/France/Cameroun)

Outre ici d’Hugo Bousquet (Belgique)

Parasol de Valery Rosier (Belgique)

Préjudice d’Antoine Cuypers (Belgique/Luxembourg/Pays-Bas)

La Vie en grand de Mathieu Vadepied (France)

Regards du présent

L’Africain qui voulait voler de Samantha Biffot (Gabon/France/Belgique)

Au crépuscule d’une vie de Sylvain Biegeleisen (Belgique)

Broken Land de Stéphanie Barbey et Luc Peter (Suisse)

Bureau de chômage de Charlotte Grégoire & Anne Schiltz (Belgique)

Coup de Chaud de Raphaël Jacoulot (France/Belgique)

Dal Ritorno de Giovanni Cioni (France/Italie/Belgique)

Demain, après la guerre de Christophe Wagner (Luxembourg/Belgique)

Éclaireurs de Christophe Hermans (Belgique)

En mai, fais ce qu’il te plait de Christian Carion (France)

I Don’t Belong Anywhere, le cinéma de Chantal Akerman de Marianne Lambert (Belgique)

Je suis le peuple d’Anna Roussillon (France)

Les Loups de Sophie Deraspe (Québec)

Mon roi de Maïwenn (France)

Noche Herida de Nicolás Rincón Gille (Belgique)

Paul à Québec de François Bouvier (Québec)

Pinocchio d’André-Line Beauparlant (Québec)

Le Profil Amina de Sophie Deraspe (Québec)

Transatlantique de Félix Dufour-Laperrière (Québec)

Un début prometteur d’Emma Luchini (France/Belgique)

Un Français de Diastème (France)

La Volante de Christophe Ali et Nicolas Bonilauri (France/Belgique/Luxembourg)

Voyage en Occident de Jill Coulon (France)

Focus cinéma belge francophone

L’Homme qui répare des femmes, la colère d'Hippocrate de Thierry Michel (Belgique)

Je suis mort mais j’ai des amis des Frères Malandrin (Belgique/Québec)

Melody de Bernard Bellefroid (Belgique/France)

Les Oiseaux de passage d’Olivier Ringer (Belgique)

Tokyo Fiancée de Stefan Libeski (Belgique/France)

Tous les chats sont gris de Savina Dellicour (Belgique)

Focus cinéma belge flamand

Black d’Adil El Arbi et Bilall Fallah (Belgique)

Café Derby de Lenny Van Wesemael (Belgique)

Paradise Trips de Raf Reyntjens (Belgique/Pays-Bas)

Terug naar morgen de Lukas Bossuyt (Belgique)

Séance ciné pour tous

Jour de fête de Jacques Tati (France)

Le Noël de Walter et Tandoori de Sylvain Viau (Québec)

Phantom Boy d’Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli (France)

Si le vent soulève les sables de Marion Hansel (Belgique/France)

Séances spéciales

Tous les chats sont gris de Savina Dellicour (Belgique) - Audiodescription

Remue-ménage dans la sous-traitance d’Ivora Cusack (France) - Séance Femmes Prévoyantes Socialistes

Coup de cœur

L’Arnacœur de Pascal Chaumeil (France)

Café de Flore de Jean-Marc Vallée (Québec)

Le Diable par la queue de Philippe de Broca (France)

La Fille sur le pont de Patrice Leconte (France)

Compétition internationale

Séance 1

Errance de Peter Dourountzis (France)

Ramona d’Andreï Cretulescu (Roumanie)

La Rivière sous la langue de Carmen Jaquier (Suisse)

Père de Lotfi Achour (Tunisie/France)

Le Repas dominical de Céline Devaux (France)

Séance 2

Ton cœur au hasard d’Aude-Léa Rapin (France)

Waves 98 d’Ely Dagher (Liban/Qatar)

XYZ, The City Hunter de M. Tikal (Belgique)

Séance 3

Renaître de Jean-François Ravagnan (Belgique)

Vacances d'été d’Andreï Tanase (Roumanie/Allemagne)

Roberta de Caroline Monnet (Québec)

Cambodia 2099 de Davy Chou (Cambodge/France)

Compétition nationale

Séance 1

Untitled - figuration libre de Damien Collet (Belgique)

Tata d’Alexandre Gilmet (Belgique/Pologne)

The Hidden Part de Monique Marnette et Caroline D’hondt (Belgique)

Jay parmi les hommes de Zeno Graton (Belgique/France)

XYZ, The City Hunter de M. Tikal (Belgique)

Séance 2

Renaître de Jean-François Ravagnan (Belgique)

La Légende dorée d’Olivier Smolders (Belgique/France)

Ritournelle de Camille De Leu (Belgique)

L’Ours noir de Meryl Fortunat-Rossi et Xavier Seron (Belgique/France)

Axelle de Nikita Trocki et de Sara Dufossé (Belgique)

Séance 3

Dernière porte au sud de Sacha Feiner (Belgique/France)

Kanun de Sandra Fassio (Belgique/France)

Zoufs de Tom Boccara, Noé Reutenauer, Émilien Vekemans (Belgique)

Rapaces d’Aude Verbiguie (Belgique)

Pink Velvet Valley de Sébastien Petretti (Belgique)

Alphonsine de Matthieu Raulic (Belgique)

Séance 4

Contrôle de Julien Demarichet (Belgique)

L’Homme qui sait de J-M Fernandez (Belgique)

Tout va bien de Laurent Scheid (Belgique/France)

Les Herbes bruissent encore de Marie Le Floc’h (Belgique)

Petits pas d’Arthur Lecouturier (Belgique)

Séance 5

Putain de Cypria Donato (Belgique)

Ovalie au pays noir de Nathan Van Den Berg (Belgique)

Les Amoureuses de Catherine Cosme (Belgique/France)

Nelson de Thomas Xhignesse et Juliette Klinke (Belgique)

Le Sommeil des Amazones de Bérangère McNeese (Belgique)

Regards du présent

Au secours d’Alexandra Laffin (Belgique)

Le Dernier des Céfrans de Pierre- Emmanuel Urcun (France)

Les Empreintes douloureuses de Bernard Kouemo (Cameroun/France)

La Fin du dragon de Marina Diaby (France)

Jeunesse des loups garous de Yann Delattre (France)

Ma Manman d’Lo de Julien Silloray (Guadeloupe)

Maman(s) de Maïmouna Doucouré (France)

Mynarski, chute mortelle de Matthew Rankin (Québec)

Nina de Halima Elkhatabi (Québec)

On avait dit qu’on irait jusqu’en haut de Tizian Buchi (Suisse)

Point du jour de Nicolas Mesdom (France)

Les Poissons du désert d’Alaa Eddine Aljem (Maroc)

Prends-moi d’Anaïs Barbeau-Lavalette et André Turpin (Québec)

Rabie Chetwy de Mohamed Kamel (Egypte)

Sonambulo de Théodore Ushev (Québec)

Cinéma belge flamand

August de Jeroen Perceval (Belgique)

Billy the Bully de Wannes Destoop (Belgique)

Copain de Jan Roosens (Belgique)

De Smet de Thomas Baerten et Wim Geudens (Belgique/Pays-Bas)

In de naam van de kater de Thijs De Block (Belgique)

L'Infini de Lukas Dhont (Belgique)

Perdition County de Raphaël Crombez (Belgique)

Séance spéciale cour(t)s et danse !

The Dancing d’Edith Depaule (Belgique)

La Leçon de danse de Philippe Prouff (France)

Signes de vie d’Arnaud Demuynck (Belgique/France)

Transfert de Guillaume Paquin-Boutin (Québec)

Un transport en commun de Dyana Gaye (Sénégal/France)

Clips

Malibu par Luce de Forgeard Benoit

Blueland par Ladylike Lily de Joanna Lorho

Afflux de Luxe par Aksak Maboul et Véronique Vincent de Marine Dricot et Milo Gony (B

Avalanches par Félix Dyotte de Monia Chokri

She's bad par Dye feat. Egyptian Lover de Jean-Philippe Chartrand And Benjamin Mege (Dent de cuir)

Osama Obama par Larytta de Julien Mercier

Shine par Gunther Vismäth de Mathieu Mortelmans

J'ai fréquenté la beauté par Jean-Louis Murat de Alexandre Rochon

Many chances par BRNS de Nicolas Fong

Le Fantôme par Monogrenade de Kristof Brandl

Amour argent par Pony de Fanny Dreyer

Want it back par Guts de Olivier « Hero » Dressen

Vilaine par Odezenne de Romain Winkler

Vertiginous Hole par Enkephalin de Emilie Guéret

Invasion - Judgement Day remix par Ugly Mac Beer de Hugo Ramirez et Olivier Patté

Five Step Fever par Great Mountain Fire de Mihnea Popescu et Keorges Gaplan

La section pédagogique du FIFF éduque la jeune génération à l’image en leur proposant des projections, mais également des ateliers techniques et citoyens.

En quelques chiffres, voici un aperçu du succès du FIFF Campus

  • 7.504 spectateurs aux séances FIFF Campus dont 431 professeurs
  • 2.995 participants aux séances maternelles et primaires dont 175 professeurs
  • 4.210 participants aux séances secondaires et supérieurs, dont 256 professeurs
  • 299 spectateurs aux séances Ciné pour tous
  • 36 séances Campus hors séances familles
  • 35 ateliers (19 techniques et 16 citoyens)

Pour sa 30ème édition, le FIFF Campus était parrainé par le comédien et rappeur belgo-congolais Pitcho, par ailleurs membre du Jury Longs métrages. Il a rencontré les jeunes sous le chapiteau le dernier jour du FIFF pendant une heure et demie.

Le FIFF Campus a aussi été l’occasion, pour la 3ème année consécutive, de poursuivre et d’intensifier nos collaborations avec les écoles belges. Ainsi, en plus du plateau de cinéma mis en place avec l’IAD, une émission tv était réalisée tous les jours par les étudiants de la HELB et l’IHECS dans des conditions professionnelles. Cette émission, encadrée par Eric Bever, était retransmise sur La Trois. Quelques séquences étaient également diffusées sur TV5 Monde ! Une belle visibilité pour les étudiants ! Les étudiants de l’IATA réalisaient quant à eux de courts reportages photos et vidéos tout au long de la semaine.

Pour ses 30 ans, deux nouveaux ateliers professionnels ont été initiés : la Manufacture de Namur et l’atelier « 3ème personnage ». Depuis plusieurs années, le FIFF multiplie les contacts avec les écoles de cinéma de l’ensemble de la Francophonie. Les 30 ans du FIFF ont donc été célébrés avec celles et ceux qui font et feront le cinéma francophone de demain : 15 étudiants et 15 formateurs/responsables pédagogiques en provenance de 15 écoles de cinéma des 4 coins de la Francophonie. Chaque étudiant a été invité à revisiter et à rendre hommage à un classique du 7ème Art francophone, primé au FIFF, en réalisant un court film. « La Promesse » des frères Dardenne ou encore « Timbuktu » d’Abderrahmane Sissako ont ainsi été revisités.

L’axe musical a été également développé lors de cette 30ème édition notamment par le biais de l’atelier « 3ème personnage » centré sur la composition de musiques de films, organisé en collaboration avec le Festival International du Film d’Aubagne. Une sélection de compositeurs devait présenter des propositions musicales originales à des binômes producteurs/réalisateurs, porteurs de projets de courts métrages. Nous avons par ailleurs poursuivi nos quatre ateliers professionnels portant sur les différentes étapes de fabrication d’un film.

Pour sa 12ème année d’existence, le Forum accueillait 6 projets de longs métrages en développement venant de toute la francophonie. Ces projets - issus de Suisse, France, Belgique, Québec, Rwanda - étaient analysés par 5 experts en développement, casting, scénario, vente ou encore production. • Enfin, pour la 8ème année consécutive, le FIFF et la SACD Belgique se sont inscrits « Dans les traces d’Atelier Grand Nord ».

Les partenaires de l’atelier de scénario québécois « Atelier Grand Nord » ont proposé aux scénaristes de l’édition 2015 de se retrouver au FIFF autour de la version retravaillée de leur scénario, pour une relecture critique et un nouvel échange.

Pour sa 6ème édition, l’atelier « Echanges de Talent(s) », encadré par le cinéaste Stéphane Demoustier, a mis en lumière cinq jeunes comédiens francophones : Marème Demba Li (Sénégal), Pierre-Luc Lafontaine (Québec), Louise Manteau (Belgique/France), Baya Medhaffar (Tunisie) et Joren Seldeslachts (Belgique). Ils ont notamment pu rencontrer différents agents et directeurs de casting leur permettant ainsi d’ouvrir leur carrière à l’international..

Enfin, 22 comédiens belges à l’affiche des différents courts métrages de la compétition nationale FWB étaient aussi mis en valeur via l’atelier Génération 2015. En collaboration avec les réalisateurs des mêmes courts métrages, ils ont travaillé autour d’extraits du court métrage «1 clé pour 2 » de Delphine Noëls. Un montage type « Cadavre exquis» a été diffusé le mardi 6/10 dans le cadre du Gala FWB - RTBF. Cette initiative a été mise en place en collaboration avec l’ARRF (Association des Réalisatrices et Réalisateurs de Films) et ADN Studio.

Via ses rencontres professionnelles, le FIFF s’interroge et interroge la profession sur différentes thématiques inhérentes au métier. Cette année, nous avons notamment questionné la place de la femme dans le processus créatif, les réseaux sociaux comme arme de diffusion et de communication, mais aussi et surtout, à l’occasion de trois rencontres, la composition musicale sous toutes ses formes. Par ailleurs, les productions nationales de la FWB ont été mises en exergue auprès des exploitants, lors de deux séances tandis que les programmateurs de grands festivals internationaux ont pu rencontrer nos producteurs afin de favoriser la diffusion du cinéma belge à l’international.

Cette année, 600 professionnels ont assisté à ces différentes rencontres et ateliers.

Les projets

  • Article 35 de Félix Olivier, Tita Productions (France)
  • Bandonéon de Stéphane Vuillet, Kwassa Films (Belgique)
  • Dérives de David Uloth, Unité Centrale (Canada)
  • The Mercy of the Jungle de Joel Karekezi, Néon Rouge (Rwanda/ Belgique)
  • Racing Club de Cyril Bron, Langfilm (Suisse)
  • Un jour mon prince viendra de Zouhair Chebbale, Les Film du Tambour (France)

Les experts

  • Emanuelle Beaugrand-Champagne, Casting, Canada
  • Frédéric Corvez, Ventes et distribution, Urban Distribution International, France
  • Isabelle Fauvel, Développement, Initiative Films, France
  • Stéphane Parthenay, production, Pyramide Productions, France
  • Matthieu Reynaert, Scénario, Belgique