j
h
m
s
Favorites

33e édition du Festival
Du 28 septembre au 5 octobre 2018


Depuis 33 ans, le FIFF Namur a pris sa place, pour faire de la diffusion et la promotion du 7ème art un rendez-vous incontournable au niveau national comme international. De cette façon le cinéma sous tous les angles est découvert par un public de plus en plus abondant. Le FIFF Namur veille à éduquer les nouvelles générations ainsi qu’à encourager la création de sorte à faire valoir le cinéma francophone. Au fil des années la notoriété du festival ne cesse d’accroitre. C’est cet automne qu’aura lieu la 34ème édition du Festival International du Film Francophone. En outre, le FIFF Namur en dehors des 8jours de fête du cinéma continue de briller toute l’année. Il organise également la caravane du court et les séances Cinéma Parents Non Admis en plus de sa participation active à des événements tels que : les Magritte du Cinéma ou les Trophées Francophones.

En résumé :

  • 32.000 spectateurs
  • 6.500 jeunes spectateurs
  • 900 participants au FIFF Pro
  • 74 longs métrages
  • 85 courts métrages
  • 139 séances
  • 1.539 accrédités dont 384 accrédités presse
  • 19 pays francophones représentés
  • 405.450 € de campagne média
  • 1.177 nuits d’hôtel

Deux nouveautés cette année :

  • Le comité des ambassadeurs

Depuis 2002, le FIFF s’est successivement entouré de personnalités belges de renom qui ont endossé le rôle de « Présidents d’honneur », à l’instar du cinéaste Gérard Corbiau et des comédiens Olivier Gourmet et Fabrizio Rongione.
À l’occasion de la 33ème édition, le FIFF a souhaité donner un nouvel élan à cette fonction en constituant un Comité réunissant dix personnalités du 7ème Art francophone dont le point commun est d’entretenir un lien fort avec le Festival, et ce depuis plusieurs années.
Rassemblant des professionnels originaires des 4 coins de la Francophonie, notre Comité d’Ambassadeurs a pour missions d’étendre le réseau de notre Festival et de faire rayonner le FIFF à l’international aussi bien auprès du grand public que des professionnels.

Le FIFF est extrêmement fier et honoré de compter parmi son Comité des Ambassadeurs : ​​​​​​

  • Nabil Ayouch : réalisateur – Maroc
  • Sandrine Bonnaire : comédienne et réalisatrice – France
  • Jean-Pierre et Luc Dardenne : réalisateurs et producteurs – Belgique
  • Maxime Delauney : producteur – France
  • Virginie Efira : comédienne – Belgique
  • Ursula Meier : réalisatrice – Suisse
  • Yolande Moreau : comédienne et réalisatrice – Belgique
  • Ada Solomon : productrice – Roumanie
  • Abderrahmane Sissako : réalisateur - Mali/Mauritanie
  • Karine Vanasse : comédienne et productrice - Québec
  • Les sections

Cette 33ème édition a été l’occasion de reformuler et redéfinir les différentes sections au sein desquelles ont été présentés quelque 150 films.

EN COMPÉTITION
La Francophonie, c’est une multitude de cultures différentes. Pour en illustrer ses accents les plus divers, l’équipe de programmation sélectionne les films les plus forts de l’année et les présente à travers 4 compétitions : 2 consacrées aux longs métrages et 2 aux courts métrages, pour un total de plus de soixante titres programmés.

Compétition officielle
Les films incontournables du moment, qui font la part belle à l’émotion et la réflexion.

Compétition 1ère œuvre de fiction
Une sélection de premiers films innovants, engagés et singuliers.

Compétition internationale du court
Des courts métrages en provenance des quatre coins de la Francophonie, comme autant d’invitations à la découverte.

Compétition nationale-FWB du court
Une sélection de titres révélateurs de la vitalité du format court belge francophone.

EN EXCLUSIVITÉ
Une sélection 5 étoiles, présentée à Namur en toute exclusivité !

Avant-premières
Un panorama de longs métrages de fiction projetés en primeur au FIFF, avant leur sortie en salle.

Place au doc !
Des œuvres en prise directe avec l’actualité, pour les cinéphiles avertis comme pour les novices, permettant à chacun de reconsidérer sa vision du monde.

Les pépites du court
Une sélection unique de courts, délicieuse mise en bouche avant le long métrage.

Cap sur la Flandre
Nos plus proches voisins nous offrent le meilleur de leur cinématographie, comme autant d’opportunités de se découvrir à travers l’autre.

FIFF en séries
Séries et web-séries : 2 nouveaux formats de fiction à expérimenter sur grand écran !
Un panorama de films à (re)découvrir sans modération !

RETROSPECTIVES

Focus cinéma belge francophone
Une section composée de 6 longs métrages incontournables sortis en salle ces 12 derniers mois.

Coup de cœur
Un hommage à une personnalité phare du 7ème art francophone avec la projection de plusieurs de ses films.

Séances spéciales
Séances en audiodescription pour les aveugles et malvoyants, séances avec sous-titrage adapté pour les sourds et malentendants, séances hommage.

FIFF CAMPUS
Une sélection de longs et courts métrages spécialement conçue pour le public scolaire, dès l’âge de 3 ans.

Ils ont dit ...

« Entre le chapiteau, la petite place et le théâtre habité par les âmes de Shakespeare, Rossini ou encore Mozart, les stars venues présenter leurs films se mélangent au public. À Namur, il n’y a ni strass ni paillettes, c’est l’amour du cinéma qui prime. »

Jihane BOUGRINE
LESECO.MA -1/10/18

Est-ce que c’est une fierté pour toi, étant belge d'être dans le jury d’un festival belge ?

« Mais surtout celui-là! Parce que Namur, moi, je n’y avais pas encore été. Je voulais y aller depuis tellement longtemps. Donc j’étais tellement contente quand ils m’ont proposé de faire jury ici. Ce festival a une réputation de dingue, à l’étranger, en France et en Belgique, ou même ailleurs. »

Stéphanie Crayencour
Bruxelles Bondy Blog -4/10/18

Présenter un film en tournée ou en festival comme aujourd’hui, ça vous plaît ?

« J’adore ça. C’est un peu comme au théâtre : vous venez au contact des gens pour parler de ce que vous avez fait et voir s’ils ont aimé. C’est comme un cuisinier qui ne va pas en salle. Il met beaucoup de temps et d’amour à faire un plat puis il part avec le serveur. S’il va en salle, c’est chouette, il voit qui a mangé » quoi et ce qu’ils en ont pensé, c’est sa récompense, c’est présenter le travail. Plus il y a de date plus je suis content ! »

Fred Cavayé
La meuse Namur -4/10/18

Le JURY LONGS METRAGES a décerné parmi les longs métrages de la Compétition officielle les prix suivants

Bayard d'Or du Meilleur film

M de Yolande Zauberman (France)

  • La RTBF offre un prix d’une valeur de 10.000 € au distributeur belge pour l’achat des droits TV
  • ECLAIR offre 12.000 € au producteur pour la masterisation du film au format Eclair color
  • La SABAM offre 5.000 € au distributeur belge pour une aide à la distribution en Belgique

Mention spéciale

Pierre Salvadori pour son film En liberté ! (France)

Prix spécial du Jury

Les tombeaux sans noms de Rithy Panh (Cambodge/France)

  • Ede Rithy Panh (Cambodge/France)
  • ECLAIR offr un prix d’une valeur de 10.000 € au producteur en prestation d’étalonnage

Bayard du meilleur scénario

Pupille de Jeanne Herry (France/Belgique)

  • La SACD Belgique offre 2.500 € à l’auteur

Bayard de la meilleure photographie

Les tombeaux sans noms de Rithy Panh (Cambodge/France)

  • EYELITE offre un prix d’une valeur de 5.000 € en location de matériel au directeur de la photographie / Prix soutenu par la SBC (The Belgian Society of Cinematographers)

Bayard de la meilleure comédienne

Elodie Bouchez dans Pupille de Jeanne Herry (France/Belgique)

  • VICTORINOX offre une montre à la comédienne

Bayard du meilleur comédien

Theodore Pellerin dans Genèse de Philippe Lesage (Québec)

  • VICTORINOX offre une montre au comédien

PRIX DÉCERNÉS PAR LE JURY EMILE CANTILLON – Compétition 1ère œuvre de fiction

Bayard de la Meilleure première œuvre de fiction

Sauvage de Camille Vidal-Naquet (France)

  • La FEDERATION WALLONIE-BRUXELLES offre 7.500 € au distributeur pour la promotion et la diffusion en salles commerciales en Belgique
  • La VILLE DE NAMUR offre 2.500 € au distributeur pour la promotion et la diffusion au sein des salles des centres culturels de la quadrature du Cercle
  • ADN STUDIO offre au réalisateur des services d’étalonnage/DCP sur son prochain film pour une valeur de 2.000 €, à valoir dans les facilités d’AdnStudio, à Bruxelles

Prix Découverte

Les Chatouilles d’Andrea Bescond et Eric Métayer (France)

  • UNIVERSCINE BELGIQUE offre 2.500 € à l’ayant-droit sous forme de minimum garanti pour l’édition et la distribution du film en VOD et DVD en Belgique.

PRIX DÉCERNÉS PAR LE JURY COURTS MÉTRAGES - Compétition internationale du court

Bayard du meilleur court métrage

D'un Château à l'autre d’Emmanuel Marre (Belgique/France)

  • L’Association LES AMIS ET DISCIPLES DE FRANCOIS BOVESSE offre 2.500 euros au réalisateur

Prix spécial du Jury

Beautiful Loser de Maxime Roy (France)

  • THOMAS & PIRON offre 1.000 € au réalisateur

Mention spéciale

Hector Malot : Le dernier jour de l'année (Ektoras Malo : I Teleftea Mera Tis Chronias) de Jacqueline Lentzou (Grèce)

PRIX DÉCERNÉS PAR LE JURY COURTS MÉTRAGES - Compétition nationale – FWB du court

Prix du meilleur court métrage

Une sœur de Delphine Girard (Belgique)

  • La FEDERATION WALLONIE-BRUXELLES offre 2.500 € au réalisateur

Prix spécial du Jury

Kaniama Show de Baloji (Belgique)

  • ADNSTUDIO offre au réalisateur des services d’étalonnage/DCP sur son prochain film pour une valeur de 1.500 €, à valoir dans les facilités d’AdnStudio, à Bruxelles

Prix de la meilleure photographie

Léo Lefèvre pour Garçon d’Isabelle Schapira

  • EYELITE offre un prix d’une valeur de 2.000 € en location de matériel au directeur de la photographie

Prix d’interprétation

Pierre Nisse et Francine Atoch dans D'un château à l'autre d’Emmanuel Marre

  • PLAYRIGHT offre 500 € au lauréat

Mention spéciale

Simon pleure de Sergio Guataquira Sarmiento (Belgique)

PRIX DÉCERNÉS PAR LE JURY JUNIOR

Prix du Jury junior

L'heure de la sortie de Sébastien Marnier

  • Une œuvre de la photographe Charline Derese est remise au réalisateur lauréat

PRIX DU PUBLIC

Prix du public Long métrage de fiction

Pour vivre heureux de Salima Sarah Glamine et Dimitri Linder (Belgique/Luxembourg)

  • La VILLE DE NAMUR offre 1.500 € au réalisateur pour une aide à la réalisation

Prix du public Documentaire

Un amour rêvé d’Arthur Gillet (Belgique)

  • TËNK offre 1.000 € à l’ayant-droit sous forme d’un achat de droits de diffusion SVOD sur la plateforme www.tenk.fr pour la Belgique, le Luxembourg, la Suisse et la France, pour une durée de 4 mois.

Prix du public Courts métrages

Une sœur de Delphine Girard (Belgique)

  • La PROVINCE DE NAMUR offre 1.000 € au réalisateur pour une aide à la réalisation

PRIX OFF

Prix Cinevox

Pour vivre heureux de Salima Sarah Glamine et Dimitri Linder (Belgique/Luxembourg)

  • CINEVOX, via la régie publicitaire Brightfish, offre au film primé une semaine de diffusion de son spot promotionnel (durée maximale de 30’’) dans les salles de Bruxelles et Wallonie – en régie chez Brightfish et correspondant à l’univers géographique de sortie du film. UGC Belgique garantit en outre la sortie du film lauréat dans l’une de ses salles. Le lauréat est désigné par un jury de 4 passionnés de cinéma belge présidé par un éminent critique cinéma.

Prix de la critique

Pour vivre heureux de Salima Sarah Glamine et Dimitri Linder (Belgique/Luxembourg)

  • L’U.C.C (l’Union de la Critique de cinéma) et l’U.P.C.B. (l’Union de la Presse Cinématographique Belge) décernent un Prix de la critique accompagné d’un chèque de 500 € offert au réalisateur par la plate-forme Universciné

Prix BeTV

En liberté ! de Pierre Salvadori (France)

  • BETV soutient la diffusion et la promotion du cinéma francophone par l'intermédiaire de ce prix consistant en l'achat des droits de diffusion sur la chaîne pour la somme de 5.000€ et décernés à l'un des longs métrages inédits de la sélection.

Prix Arte

Accord parental de Benjamin Belloir (Belgique)

  • ARTE prime sous la forme d'un achat de droits, à hauteur de 600 € la minute, un court métrage qui sera diffusé dans Court-circuit, le magazine du court d'ARTE programmé tous les samedis après minuit.

Prix RTBF

Accord parental de Benjamin Belloir (Belgique)

  • Le Prix RTBF consiste en l’acquisition des droits de diffusion du court métrage primé, à hauteur de 100 € la minute.

Prix BeTV

Une sœur de Delphine Girard (Belgique)

  • BETV soutient la diffusion et la promotion du cinéma belge francophone par l’intermédiaire de ce prix consistant en l’achat des droits de diffusion pour la somme de 1.500 €.

Prix de l’Université de Namur

Une sœur de Delphine Girard (Belgique)

  • L’UNIVERSITE DE NAMUR offre 500 € au réalisateur.

Jury longs métrages

  • Thierry Klifa, réalisateur – Président du Jury (France)
  • Diamand Abou Abboud, comédienne (Liban)
  • Anne Marie Cadieux, comédienne (Québec)
  • Stéphanie Crayencour, comédienne (Belgique)
  • Guillaume Gouix, comédien (France)
  • Jean-Yves Roubin, producteur (Belgique)
  • Morgan Simon, réalisateur (France)

Jury courts métrages

  • Delphine Lehericey, réalisatrice – Présidente du Jury (Suisse / Belgique)
  • Sébastien Houbani, comédien (France)
  • François Jaros, réalisateur (Québec)
  • Nadia Kounda, comédienne (Maroc)
  • Mustii, chanteur et comédien (Belgique)
  • Finnegan Oldfied, comédien (France)

Jury Emile Cantillon

  • Théo Berchet (ESAV Toulouse / France)
  • Georges Hazim (Université libanaise / Liban)
  • Sarah Imsand (HEAD / Suisse)
  • Audrey Nantel-Gagnon (UQAM/ Québec)
  • Jérémy Puffet (IAD / Belgique)
  • Ranya Targhy (ESAV Marrakech/ Maroc)

Jury Junior

  • Noam Ben Taleb Ledru (Collège Cardinal Mercier / Braine-l’Alleud)
  • Nathan Ceola (Athénée Royal / Namur)
  • Robin Derue (Sainte Marie / Namur)
  • Lily Duranton (Collège Christ-Roi / Ottignies)
  • Lea Lenartz (Collège Saint Guibert / Gembloux)
  • Bérénice Loveniers (Athénée Royal Jean Absil / Etterbeek)
  • Eva Rignanese (Institut Notre Dame / Thuin)

Jury Cinevox

  • Liam Debruel (Charleroi)
  • Mia Charlier (Namur)
  • Adrien Léonard (Bruxelles)
  • Brigitte Falque (Namur)
  • Encadrés par Axel Cadieux, journaliste à So Film.

Jury de la critique

  • Constant Carbonnelle (L’Avenir – UCC)
  • Gorian Delpature (RTBF – UPCB)
  • Frédérique Morin (Be Perfect Magazine – UPCB)

C’est devenu un rendez-vous désormais incontournable : chaque année, le FIFF met à l’honneur une personnalité emblématique du cinéma francophone.
Les festivaliers ont ainsi eu l’opportunité de rencontrer des artistes prestigieux tels que Jean Rochefort, Philippe Noiret, Bernadette Laffont, Jean-Claude Brialy, Sandrine Bonnaire, Emmanuelle Béart, Kristin Scott Thomas, Isabelle Huppert, Elsa Zylberstein, Ariane Ascaride, Benoit Magimel, Josiane Balasko, Audrey Tautou, Vanessa Paradis, Sergi Lopez ou encore Nicolas Duvauchelle.

Pour sa 33ème édition, le FIFF a offert son Coup de cœur à une icône du cinéma français, un comédien au charisme et à l’élégance rares : Lambert Wilson.

Alors qu’il assiste à l’avant-première du film Les Trois mousquetaires de Bernard Borderie, Lambert Wilson vit un véritable coup de foudre pour le 7ème Art. Fasciné par le spectacle qui se joue, ce soir-là, aussi bien à l’écran que sur le tapis rouge, l’adolescent de quinze ans se fait la promesse d’intégrer, lui aussi, cet univers. À 16 ans, il s’inscrit au Drama Center de Londres où il se forme au jeu d’acteur, ainsi qu’au chant et à la musique.
Il fait ses premiers pas au cinéma dans Julia de Fred Zinnemman (1977) avant d’apparaître dans La Boum 2 de Claude Pinoteau (1982), aux côtés de Sophie Marceau.
Suscitant l’intérêt des réalisateurs les plus exigeants, Lambert Wilson joue sous la direction de Claude Chabrol, André Téchiné, Benoît Jacquot ou encore Philippe de Broca. En 1988, l’acteur brise son image d'éternel dandy en incarnant un paysan dans le film La Vouivre (1988), réalisé par son père Georges Wilson. Il prête ensuite ses traits à l'Abbé Pierre dans Hiver 54 (1989) et livre une performance qui lui vaut la reconnaissance de la profession.

Artiste aux multiples talents et facettes, il interprète et met en scène Les Caprices de Marianne d’Alfred Musset (1994) avant de jouer et chanter, aux côtés notamment de Sabine Azéma et Agnès Jaoui, dans On connaît la chanson d’Alain Resnais (1997). Il décroche l’un des rôles principaux de Jet setde Fabien Onteniente (2001) et se voit approcher par les frères Wachowski pour interpréter le personnage machiavélique de Mérovingien dans Matrix. Le succès des deux volets de la série, Matrix Reloaded et Matrix Revolutions, le consacre définitivement sur la scène internationale.

Prince et roi des goujats, dans Palais royal de et avec Valérie Lemercier (2005), il relève tous les défis et foule les planches dans Lambert Wilson chante la Nuit américaine mis en scène par Hélène Vincent. Les projets se suivent mais ne ressemblent pas pour Lambert Wilson qui, en 2008, joue dans le dystopique Babylon A. D. de Mathieu Kassovitz, passe par la case thriller dans Le Grand alibi de Pascal Bonitzer et revient à la comédie dans Comme les autres de Vincent Garenq.
Le comédien fait sensation lors du 63ème Festival de Cannes grâce à son rôle de frère Christian dans Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois. Librement inspiré de l’assassinat des moines de Tibhirine en Algérie en 1996, le film est récompensé par le Grand prix du Jury 2010 et décroche notamment le César du meilleur film.

En 2010 toujours, il interprète le comte de Chabannes dans La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier et monte sur la scène du Théâtre du Châtelet à Paris dans la comédie musicale A little night Music. Lambert Wilson effectue alors un virage à 180° en rejoignant le casting 100% comique de Sur la piste du Marsupilami d’Alain Chabat (2012) puis poursuit sur sa lancée avec Alceste à bicyclette de Philippe Le Guay (2013).
Au cœur de l’actualité cinématographique française, l’acteur revient sur grand écran dans Tout de suite maintenant de Pascal Bonitzer et La Vache de Mohamed Hamidi. En 2016, c’est dans la peau du commandant Cousteau qu’il se glisse pour L'Odyssée (2016), biopic réalisé par Jérôme Salle avec Pierre Niney et Audrey Tautou.

Fervent admirateur d’Yves Montand, il sort un album hommage à l’œuvre de l’artiste et part en tournée pour présenter son spectacle musical : Lambert Wilson chante Yves Montand en 2017.
Plus récemment, Lambert Wilson apparaît en chef d’entreprise charismatique et féroce dans Corporate de Nicolas Silhol et se mue en commandant de la Marine National rigide dans Volontaire d’Hélène Fillières. En cette fin d’année 2018, il est à l’affiche du film Au bout des doigts de Ludovic Bernard et prochainement du polar Les Traducteurs de Régis Roinsard.

Nous lui avons demandé de choisir 3 films parmi sa filmographie à partager avec les festivaliers namurois. Son choix s’est porté sur :

  • Au bout des doigts de Ludovic Bernard (France – 2018 – 105 min)
  • Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois (France – 2010 - 120 min)
  • La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier (France – 20101 – 39 min)

EN COMPÉTITION

Ouverture

Nos batailles de Guillaume Senez (LMF – Belgique/France – 98 min.)

Clôture

Les Invisibles de Louis-Julien Petit (LMF – France – 82 min.)

Compétition officielle

  • Alice T de Radu Muntean (LMF – Roumanie/France/Suède – 105 min.)
  • Charlotte a du fun de Sophie Lorain (LMF – Québec – 82 min.)
  • En liberté ! de Pierre Salvadori (LMF – France – 107 min.)
  • Fortuna de Germinal Roaux (LMF – Suisse/Belgique – 106 min.)
  • Genèse de Philippe Lesage (LMF – Québec – 131 min.)
  • M de Yolande Zauberman (LMD – France – 105 min.)
  • The Mercy of the Jungle de Joel Karekezi (LMF – Rwanda/Belgique/France – 90 min.)
  • Mitra de Jorge León (LMD – Belgique/France – 80 min.)
  • Nos batailles de Guillaume Senez (LMF – Belgique/France – 98 min.)
  • Pupille de Jeanne Herry (LMF – France/Belgique – 110 min.)
  • Les tombeaux sans noms de Rithy Panh (LMD – Cambodge/France – 115 min.)
  • Un amour impossible de Catherine Corsini (LMF – France/Belgique – 135 min.)
  • Weldi de Mohamed Ben Attia (LMF – Tunisie/Belgique/France/Qatar – 104 min.)

Compétition 1ère œuvre de fiction

  • Ceux qui travaillent d’Antoine Russbach (LMF – Suisse/Belgique – 102 min.)
  • Les Chatouilles d’Andréa Bescond et Éric Metayer (LMF – France – 103 min.)
  • Chien de garde de Sophie Dupuis (LMF – Québec – 88 min.)
  • Les drapeaux de papier de Nathan Ambrosioni (LMF – France – 103 min.)
  • Escapada de Sarah Hirtt (LMF – Belgique/Luxembourg – 83 min.)
  • Jusqu'à la fin des temps (Ila Akhir Ezamen) de Yasmine Chouikh (LMF – Algérie – 94 min.)
  • L'Ordre des médecins de David Roux (LMF – France /Belgique – 93 min.)
  • Pour vivre heureux de Salima Sarah Glamine et Dimitri Linder (LMF – Belgique/Luxembourg – 83 min.)
  • Sauvage de Camille Vidal-Naquet (LMF – France – 99 min.)
  • Seule à mon mariage de Marta Bergman (LMF – Belgique/France/Roumanie – 120 min.)
  • Sofia de Meryem Benm’Barek (LMF – Maroc/France/Qatar/Belgique – 80 min.)
  • The Third Wife de Ash Mayfair (LMF – Vietnam – 94 min.)
  • Un homme à sa place (Un om la locul lui) de Hadrian Marcu (LMF – Roumanie – 92 min.)

EN EXCLUSIVITÉ

Avants-premières

  • Au bout des doigts de Ludovic Bernard (LMF – France – 105 min.)
  • Braquer Poitiers de Claude Schmitz (LMF – France – 60 min.)
  • La chute de l'Empire américain de Denys Arcand (LMF – Québec – 121 min.)
  • L'heure de la sortie de Sébastien Marnier (LMF – France – 103 min.)
  • Les Invisibles de Louis-Julien Petit (LMF – France – 82 min.)
  • Le jeu de Fred Cavayé (LMF – France – 90 min.)
  • Léopold, roi des Belges de Matthieu Collard et Cédric Vandresse (LMA – Belgique – 47 min.)
  • Lola et ses frères de Jean-Paul Rouve (LMF – France – 105 min.)
  • Le quatuor à cornes de Benjamin Botella, Arnaud Demuynck, Emmanuelle Gorgiard et Pascale Hecquet (LMA – France/Belgique – 43 min.)
  • Une année polaire de Samuel Collardey (LMF – France – 93 min.)
  • Le vent tourne de Bettina Oberli ( LMF – Suisse/France/Belgique – 86 min.)
  • Voyez comme on danse de Michel Blanc (LMF – France – 88 min.)

Place au doc !

  • A la poursuite du vent de Julia Clever (LMD – Belgique – 60 min.)
  • Amal de Mohamed Siam (LMD – Egypte/Liban/France/Allemagne – 83 min.)
  • L'apollon de Gaza de Nicolas Wadimoff (LMD – Suisse/Québec – 90 min.)
  • L'autre Rio d’Emilie B. Guérette (LMD – Québec – 87 min.)
  • Boxing Libreville de Amédée Pacôme Nkoulou (LMD – Gabon/Belgique – 60 min.)
  • Des moutons et des hommes de Karim Sayad (LMD – Suisse/France/Qatar – 78 min.)
  • L'esprit de la ruche (El Espiritu de la Colmena) de Charles de Ville (LMD – Belgique – 49 min.)
  • F.A.MI.L.L.E de Jessica Champeaux (LMD – Belgique – 62 min.)
  • Je vois rouge de Bojina Panayotova (LMD – Bulgarie/France – 84 min.)
  • Kinshasa Makambo de Dieudo Hamadi ( LMD – République Démocratique du Congo/France/Allemagne/Suisse – 75 min.)
  • Premières armes de Jean-François Caissy (LMD – Québec – 106 min.)
  • Rencontrer mon père d’Alassane Diago (LMD – Sénégal/France – 105 min.)
  • Rêver sous le capitalisme de Sophie Bruneau (LMD – Belgique – 63 min.)
  • Le temps des forêts de François-Xavier Drouet (LMD – France – 103 min.)
  • Un amour rêvé d’Arthur Gillet (LMD – Belgique – 71 min.)

Cap sur la Flandre

  • Bastaard de Mathieu Mortelmans (LMF – Belgique – 105 min.)
  • Niet schieten de Stijn Coninx (LMF – Belgique/Pays –Bas – 139 min.)
  • Rosie & Moussa de Dorothée Van Den Berghe (LMF – Belgique – 90 min.)

FIFF en série

La Trêve – Saison 2 - Episodes 1 et 2 de Mathieu Donck, Stéphane Bergmans et Benjamin D’Aoust (Série – Belgique – 2x52 min.)

RÉTROSPECTIVES

Focus sur le cinéma belge francophone

  • Insyriated de Philippe Van Leeuw (LMF – Belgique/France/Liban – 86 min.)
  • Manu de Emmanuelle Bonmariage (LMD – Belgique – 92 min.)
  • Mon ket de François Damiens (LMF – Belgique/France – 89 min.)
  • Ni juge, ni soumise de Yves Hinant et Jean Libon (LMD – Belgique – 99 min.)
  • Troisièmes noces de David Lambert (LMF – Belgique/Luxembourg/Québec – 98 min.)
  • Tueurs de Jean-François Hensgens et François Troukens (LMF – Belgique/France – 89 min.)

Séances Coup de Cœur​​​​​​​

  • Au bout des doigts de Ludovic Bernard (LMF – France – 105 min.)
  • Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois (LMF – France – 120 min.)
  • La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier (LMF – France – 139 min.)

Séances spéciales​​​​​​​

Séance Cinéma Parents non admis​​​​​​​

  • Le château des singes de Jean-François Laguionie (LMA – Fr/Angleterre/All/Hongrie – 80 min)

Séance en audiodescription pour les aveugles et malvoyants

  • Le sens de la fête de Olivier Nakache et Eric Toledano (LMF – France/Belgique – 117 min)
  • Zombillenium de Arthur de Pins et Alexis Ducord (LMA – France/Belgique – 76 min)

Séance avec sous-titrage adapté pour les sourds et malentendants

  • Vincent et moi de Gaël Breton et Edouard Cuel (LMD – France – 78 min)

FIFF CAMPUS

  • L'air de Julos de Eric de Moffarts (LMD – Belgique – 53 min.)
  • Amal de Mohamed Siam (LMD – Egypte/Liban/France/Allemagne – 83 min.)
  • Le château des singes de Jean-François Laguionie (LMA – France/Angleterre/Allemagne/ Hongrie – 80 min.)
  • Les Chatouilles d’Andréa Bescond et Éric Metayer (LMF – France – 103 min.)
  • Chien de garde de Sophie Dupuis (LMF – Québec – 88 min.)
  • La chute de Sparte de Tristan Dubois (LMF – Québec – 93 min.)
  • Insyriated de Philippe Van Leeuw (LMF – Belgique/France/Liban – 86 min.)
  • La légende d'Akam de Pierre Meynadier (LMF – France – 87 min.)
  • Léopold, roi de Belges de Matthieu Collard et Cédric Vandresse (LMA – Belgique – 47 min.)
  • Manu de Emmanuelle Bonmariage (LMD – Belgique – 92 min.)
  • The Mercy of the Jungle de Joel Karekezi (LMF – Rwanda/Belgique/France – 90 min.)
  • Mon ket de François Damiens (LMF – Belgique/France – 89 min.)
  • Niet schieten de Stijn Coninx (LMF – Belgique/Pays –Bas – 139 min.)
  • Ni juge, ni soumise de Yves Hinant et Jean Libon (LMD – Belgique – 99 min.)
  • Le quatuor à cornes de Benjamin Botella, Arnaud Demuynck, Emmanuelle Gorgiard et Pascale Hecquet (LMA – France/Belgique – 43 min.)
  • Rosie & Moussa de Dorothée Van Den Berghe (LMF – Belgique – 90 min.)
  • Stan et Ulysse - L’esprit inventif de Benjamin Hennot (LMD – Belgique – 63 min.)
  • Trois destins de Debra Kellner (LMD – Québec/France – 70 min.)
  • Troisièmes noces de David Lambert (LMF – Belgique/Luxembourg/Québec – 98 min.)
  • Tueurs de Jean-François Hensgens et François Troukens (LMF – Belgique/France – 89 min.)
  • Un amour rêvé d’Arthur Gillet (LMD – Belgique – 71 min.)
  • Une année polaire de Samuel Collardey (LMF – France – 93 min.)
  • Zombillenium d’Arthur de Pins et Alexis Ducord (LMA – France/Belgique – 76 min.)
  • Vincent et moi de Gael Breton et Edouard Cuel (LMD – France – 78 min.)

DÉCENTRALISATION

Liège ( Cinéma Sauvenière)​​​​​​​

  • En liberté ! de Pierre Salvadori (LMF – France - 107 min.)
  • Nos batailles de Guillaume Senez (LMF – Belgique/France – 98 min.)
  • Weldi de Mohamed Ben Attia (LMF – Tunisie/Belgique/France/Qatar – 104 min.)

Mons (Cinéma Plaza Art)​​​​​​​

  • Nos batailles de Guillaume Senez (LMF – Belgique/France – 98 min.)
  • Weldi de Mohamed Ben Attia (LMF – Tunisie/Belgique/France/Qatar – 104 min.)

Bruxelles (Cinéma Palace et UGC Toison d’or) ​​​​​​​

  • En liberté ! de Pierre Salvadori (LMF – France – 107 min.)
  • Nos batailles de Guillaume Senez (LMF – Belgique/France – 98 min.)
  • Weldi de Mohamed Ben Attia (LMF – Tunisie/Belgique/France/Qatar – 104 min.)

EN COMPÉTITION

Compétition internationale du court

  • Adieu bohème de Jeanne Frenkel et Cosme Castro (CMF – France – 25 min.)
  • Beautiful Loser de Maxime Roy (CMF – France – 24 min.)
  • Dimanche (Duminica) de Dorian Boguta (CMF – Roumanie – 16 min.)
  • D'un château à l'autre d’Emmanuel Marre (CMF – Belgique/France – 39 min.)
  • Fauve de Jérémy Comte (CMF – Québec – 16 min.)
  • Fifteen de Sameh Alaa (CMF – Egypte/Belgique – 10 min.)
  • Hector Malot : Le dernier jour de l'année (Ektoras Malo : I Teleftea Mera Tis Chronias) de Jacqueline Lentzou (CMF – Grèce – 25 min.)
  • Imfura de Samuel Ishimwe (CMF – Suisse/Rwanda – 36 min.)
  • Leïla's Blues de Ismaël et Fateme Ahmadi (CMF – Tunisie/France – 18 min.)
  • Miss Sueno de Radu Potcoava (CMF – Roumanie – 20 min.)
  • Phratrie de Jérémie Saindon (CMF – Québec – 14 min.)
  • Une sœur de Delphine Girard (CMF – Belgique – 18 min.)

Compétition nationale - FWB du court

  • Accord parental de Benjamin Belloir (CMF – Belgique – 19 min.)
  • La bague au doigt de Gerlando Infuso (CMA – Belgique /Pays-Bas – 15 min.)
  • China Dream de Thomas Licata et Hugo Brilmaker (CMD – Belgique – 21 min.)
  • D'un château à l'autre d’Emmanuel Marre (CMF – Belgique/France – 39 min.)
  • Eastpak de Jean-Benoit Ugeux (CMF – Belgique – 15 min.)
  • Elisabeth de Laura Bossicart et Noémi d’Ursel (CMF – Belgique – 11 min.)
  • Famille de Catherine Cosme (CMF – Belgique – 20 min.)
  • Garçon de Isabelle Schapira (CMF – Belgique – 16 min.)
  • La grande vacance de Salomé Richard (CMF – Belgique/France – 24 min.)
  • Holy de Kevin Phan-Lac (CMA – Belgique – 4 min.)
  • Kaniama Show de Baloji (CMF – Belgique – 26 min.)
  • Make Aliens Dance de Sebastien Petretti (CMF – Belgique/Royaume-Uni – 25 min.)
  • Not Today de Marine Jacob (CMA – Belgique – 5 min.)
  • Nulle trace dans le courant où j'ai nagé avec une femme de Maud Neve (CMF – Belgique – 29 min.)
  • Romy de Ilya Jacob et Marie Mc Court (CMF – Belgique – 18 min.)
  • Rouge douleur de Jonas Alexander (CMF – Belgique – 18 min.)
  • Simbiosis Carnal de Rocío Álvarez (CMA – Belgique – 10 min.)
  • Simon pleure de Sergio Guataquira Sarmiento (CMF – Belgique – 19 min.)
  • Suspension d'audience de Nina Marissiaux (CMD – Belgique – 24 min.)
  • Une fille de Ouessant d’Eléonore Saintagnan (CMD – Belgique/France – 28 min.)
  • Une sœur de Delphine Girard (CMF – Belgique – 18 min.)
  • Vihta de François Bierry (CMF – Belgique/France – 20 min.)
  • You're Lost, Little Girl de Cédric Bourgeois (CMF – Belgique – 21 min.)

EN EXCLUSIVITÉ

Les pépites du court

  • Aya de Moufida Fedhila (CMF – Tunisie/France – 24 min.)
  • Bad Trip de George Hazim (CMF – Liban – 14 min.)
  • Bonobo de Zoel Aeschbacher ( CMF – Suisse – 18 min.)
  • Il pleut sur Ouaga de Fabien Dao ( CMF – Burkina Faso/France – 25 min.)
  • Juste un en plus (Cu unul in plus) de Valeriu Andriuta (CMF – Roumanie – 15 min.)
  • Lâchez les chiens de Manue Fleytoux (CMF – France/Belgique – 21 min.)
  • Lunar-orbit rendezvous de Mélanie Charbonneau (CMF – Québec – 15 min.)
  • Même pas mal, petit animal de Juliette Kempf (CMF – France – 21 min.)
  • Mort aux codes de Léopold Legrand (CMF – France – 14 min.)
  • Pauline asservie de Charline Bourgeois-Tacquet (CMF – France – 24 min.)
  • Raymonde ou l'évasion verticale de Sarah Van den Boom (CMA – France – 17 min.)

Cap sur la Flandre

  • Girlhood de Heleen Declercq (CMD – Belgique – 14min.)
  • Ik zie wat jij niet ziet de Gert-Jan Verdeyen (CMD – Belgique – 10 min.)
  • Maverick de Domien Huyghe (CMF – Belgique – 20 min.)
  • Poor Kids de Michiel Dhondt (CMF – Belgique – 18 min.)
  • Wildebeest de Nicolas Keppens et Matthias Philips (CMA – Belgique – 19 min.)

FIFF CAMPUS

  • L'après-midi de Clémence de Lénaïg Le Moigne (CMA – France – 10 min.)
  • Aya de Moufida Fedhila (CMF – Tunisie/France – 24 min.)
  • Coucouleurs de Oana Lacroix (CMA – Suisse – 6 min.)
  • Dispersion de Basile Vuillemin (CMF – Belgique/Suisse – 8 min.)
  • Drôle de poisson de Krishna Chandran A.Nair (CMA – France/Suisse – 6 min.)
  • Eastpak de Jean-Benoit Ugeux (CMF – Belgique – 15 min.)
  • En sortant de l'école : Claude Roy de Etienne Baillieu, Inès Bernard-Espina, Gaëtan Borde, Mélody Boulissière, Cynthia Calvi, Clémentine Campos Roxane Campoy, Natalia Chernysheva, Aude David, Adeline Faye, Kevin Gachet-Thaï Lucas Malbrun, Jean-Baptiste Peltier (CMA - France - 39 min.)
  • Face de Christophe Deram (CMF – France – 20 min.)
  • Fauve de Jérémy Comte (CMF – Québec – 16 min.)
  • Fifteen de Sameh Alaa (CMF – Egypte/Belgique – 10 min.)
  • Girlhood de Heleen Declercq (CMD – Belgique – 14 min.)
  • Les gosses de la bute de Anonyme (CMD – France – 3 min.)
  • GP-TO de Maxime Gental, Catherine Lardé, Edwin Leeds, Pulkita Mathur, Zoé Pelegrin-Bomel, Jonathan Valette (CMA – France – 7 min.)
  • Guillaume, le désespéré de Bérenger Thouin (CMF – France – 13 min.)
  • Holy de Kevin Phan-Lac (CMA – Belgique – 4 min.)
  • Home de Hermann Koudou, Jane Mangubat (CMA – Belgique – 4 min.)
  • Hybrids de Florian Brauch, Matthieu Pujol, Kim Tailhades, Yohan Thireau, Romain Thirion (CMA – France – 6 min.)
  • Ice Pepper de Maïlly Boulin, Guillaume Escots, Alicia Journet, Soizic Lefeuvre, Clément Malargé, Eddy Martinez (CMA – France – 6 min.)
  • Ik zie wat jij niet ziet (Je vois ce que vous ne voyez pas) de Gert-Jan Verdeyen (CMF – Belgique 10 min.)
  • Jacotolocotoc de Thomas Secaz (CMA – France/Belgique – 12 min.)
  • Jour de gloire de Bruno Collet (CMA – France – 6 min.)
  • Jusqu'à la lune de Johan Etrillard (CMA – Belgique – 8 min.)
  • Khoussouf de Basma Farhat (CMD – Liban – 19 min.)
  • Lettres de femmes de Augusto Zanovello (CMA – France – 11 min.)
  • Little Agent de Mathis Dubrul (CMA – Belgique – 2 min.)
  • Magnum Crabe Idéal de Mathieu Auvray (CMA – France – 7 min.)
  • Manolo de Abel Ringot (CMA – Belgique/France – 11 min.)
  • Marshmallow de Jérémy Pierard,Ilana Baldé, David Luong, Kristene Glajean (CMA – Belgique/France – 3 min.)
  • Maverick de Domien Huyghe (CMF – Belgique – 20 min.)
  • Miam miam de Mathilde Pepinster (CMA – Belgique – 2 min.)
  • Miss Suenno de Radu Potcoava (CMF – Roumanie – 20 min.)
  • Mon Yiddish Papi de Éléonore Goldberg (CMA – Québec – 7 min.)
  • Mort aux codes de Léopold Legrand (CMF – France – 14 min.)
  • La mort, père et fils de Denis Walgenwitz, Winshluss (CMA – France – 14 min.)
  • Non-Non et le crabe qui clignote de Mathieu Auvray (CMA – France – 7 min.)
  • Not Today de Marine Jacob (CMA – Belgique – 5 min.)
  • Le petit pirate de Hippolyte Cuppillard, Gwendoline Gamboa, Ornella Macchia, Margot Reumont, Bruno Tondeur (CMA – Belgique – 3 min.)
  • Poor Kids de Michiel Dhont (CMF – Belgique – 18 min.)
  • La pureté de l'enfance de Zviane Ménard (CMA – Québec – 3 min)
  • Shirley Temple de Audrey Nantel-Gagnon (CMD – Québec – 16 min.)
  • Simbiosis Carnal de Rocío Álvarez (CMA – Belgique – 10 min.)
  • SOS étoile de mer de Mathieu Auvray (CMA – France – 7 min.)
  • Temptation de Laura Bouillet, Camille Canonne, Michael Hoft, Catherine Le Quang, Pauline Raffin, Martin Villert (CMA – France – 5 min.)
  • Traces de Sébastien Pins (CMF – Belgique – 12 min.)
  • Le tranchée de Claude Cloutier (CMA – Québec – 6 min.)
  • Trou de mémoire à la mare de Mathieu Auvray (CMA – France – 7 min)
  • Un printemps de Keyu Chen (CMA – Québec – 6 min.)
  • Vihta de François Bierry (CMF – Belgique/France – 20 min.)
  • Wildebeest de Nicolas Keppens, Matthias Phlips (CMA – Belgique – 19 min.)

La section pédagogique du FIFF souhaite sensibiliser le public jeune à la richesse du cinéma francophone, aux messages qu’il véhicule et à l’impact qu’il peut avoir sur notre société. Au-delà de cet aspect citoyen, développé notamment lors d’animations à l’issue des films, le FIFF s’offre également aux élèves la possibilité de décoder l’univers du 7ème Art grâce à de nombreux ateliers techniques.

Afin de leur apprendre à trier, analyser, décrypter et comprendre cette masse d’informations, le Festival oriente son action autour de deux grands axes : la technique et le message. Cette année encore, le FIFF Campus a proposé, en partenariat avec des professionnels du secteur et des animateurs, un large éventail d’ateliers, techniques et citoyens, afin de permettre non seulement aux jeunes d’expérimenter les différents procédés de construction d’un film mais aussi de décrypter l’image et les thématiques abordées.

En quelques chiffres, voici un aperçu du succès du FIFF Campus :

  • 6523 jeunes spectateurs
  • 3.087 aux séances maternelles et primaires, dont 196 professeurs
  • 3.436 aux séances secondaires et supérieurs dont 248 professeurs
  • 410 aux séances familles et « Cinéma Parents non admis »
  • 3.235 participants aux ateliers techniques et citoyens
  • 336 participants aux rencontres et conférences
  • 345 participants aux activités de la Ciné-Fabrique
  • 786 participants aux expositions et visites
  • 36 séances Campus
  • 2 séances famille
  • 1 séance Cinéma Parents Non Admis
  • 46 ateliers (21 techniques et 25 citoyens)
  • 18 associations partenaires

À l’instar des éditions précédentes, une personnalité du monde du cinéma parrainait le volet Campus. Cette année, c’est Stijn Coninx, réalisateur belge, qui endossait ce rôle. À l’issue de la projection de son film NIET SCHIETEN, le public étudiant a pu le rencontrer et discuter avec lui pendant près d’une heure.

Enfin, le volet pédagogique du FIFF offre la possibilité à 7 jeunes cinéphiles de venir pendant une semaine endosser le rôle de juré. Ainsi, durant le Festival, les membres du Jury Junior visionnent, critiquent et débattent pour finalement décerner un prix lors de la cérémonie des Bayard. Cette année le prix jury Junior a été remis au film L’HEURE DE LA SORTIE de Sébastien Manier.

Comme chaque année, ce fut aussi l’occasion de poursuivre et d’intensifier nos collaborations avec les écoles de cinéma belges. Les étudiants de la HELB et l’IHECS, encadrés par des professionnels de la RTBF, se sont associés afin de tourner l’émission « Silence on FIFF !» diffusée sur La Trois. Ceux de l’IATA ont quant à eux réalisé de courts reportages sur les activités du FIFF Campus. Les élèves de l’école Félicien Rops et de l’Ilon Saint Jacques ont également apporté leur pierre à l’édifice en participant à l’accueil des invités et du public durant le festival.

Pour cette 33ème édition, le FIFF s’est associé au Festival de musique Esperanzah pour « Je m’appelle Leïla », un projet de sensibilisation et d’éducation autour de la thématique du genre. Via divers ateliers créatifs, le projet avait pour but d’encourager les jeunes à se questionner et à repenser leur vision de l’égalité homme-femme à travers le monde. « Je m’appelle Leïla » a rassemblé plus de 200 jeunes lors de sa clôture le 5 octobre dernier. Encadrés par Bwanga Pilipili et Roda Fawaz, les jeunes ont aussi peut déclamer des contes qu’ils avaient écrits avant de laisser la place à Kab & Lipass pour un concert qui a mis le feu au Chapiteau

STIJN CONINX, PARRAIN DU FIFF CAMPUS

Comme à chaque édition, une personnalité du monde du cinéma parraine le FIFF Campus. Cette année, c’est au réalisateur Stijn Coninx que revient ce rôle. Stijn Coninx participera à une rencontre avec le public jeune à l’issue de la projection de Niet Schieten. Dans son nouveau film, le cinéaste plonge dans l’une des plus grandes affaires criminelles qu’ait connu la Belgique : les tueries du Brabant. Il transpose à l’écran le livre autobiographique de David Van de Steen, devenu orphelin lors de l’attaque du Delhaize d’Alost en 1985, la dernière attribuée aux tueurs du Brabant. C’est la toute première fois qu’un réalisateur aborde le sujet des tueries du Brabant en se positionnant du côté des victimes.
Stijn Coninx participera à une rencontre avec le public jeune à l’issue de la projection du film Niet Schieten dont il est le réalisateur et scénariste.

LE JURY JUNIOR

  • Noam Ben Taleb Ledru (Collège Cardinal Mercier / Braine-l’Alleud)
  • Nathan Ceola (Athénée Royal / Namur)
  • Robin Derue (Sainte Marie / Namur)
  • Lily Duranton (Collège Christ-Roi / Ottignies)
  • Léa Lenartz (Collège Saint Guibert / Gembloux)
  • Bérénice Loveniers (Athénée Royal Jean Absil / Etterbeek)
  • Eva Rignanese (Institut Notre Dame / Thuin)

Depuis sa création, l’un des objectifs du FIFF Namur est d’alimenter un réseau entre professionnels au sein de l’espace francophone. Depuis la 32ème édition du FIFF, toutes les rencontres et ateliers ont été rassemblés sous un seul label, le FIFF Pro. En 2018, le FIFF Pro a permis de mettre en relation plus de 900 personnes.

Les ateliers

Le Forum de Namur co-organisé avec Initiative Films, a fait son grand retour et ce, sous une nouvelle forme. Il a per- mis aux porteurs de projets de longs métrages provenant de toute la franco- phonie d’être analysés par 4 experts, chacun spécialisé dans son domaine : le développement, l’écriture, la production, la vente et le marketing !

Le FIFF et la SACD ont continué de s’inscrire « Dans les traces d’Atelier Grand Nord » et ont invité 8 scénaristes à venir se retrouver autour de la version retravaillée de leur scénario, pour une relecture critique et un nouvel échange, le suivi étant une étape cruciale de la réécriture.

Pour la quatrième année consécutive, l’Atelier Le 3ème Personnage a réuni 15 compositeurs autour de 12 projets de films en développement. Après avoir ou- vert la voie aux longs métrages l’année dernière, il s’ouvrait pour la première fois au format documentaire.

Génération Talents ! a permis à 18 jeunes comédiens de rencontrer réalisateurs, agents et directeurs de casting. La première journée était consacrée au tournage du « Cadavre exquis » autour de Barbara Broadcast de Jean-Julien Collette et Olivier Tollet. Lors de la seconde journée de l’atelier, les comédiens sont passés devant 16 agents et directeurs de casting, sur une scène de Mon Roi de Maïwenn.

Les rencontres

Depuis quelques années, La Journée du cinéma belge est devenue un rendez-vous incontournable. C’est du belge, C’est du doc belge, Ceci n’est pas une assemblée générale des Magritte du Cinéma, L’Apéro des programmateurs et producteurs ou encore Le Drink des Producteurs et des Exploitants, étaient autant d’occasions permettant aux distributeurs, vendeurs internationaux, exploitants ou encore responsables de Centres Culturels de découvrir la future offre de longs métrages belges. Le dimanche, pour la deuxième année consécutive, Le Petit déjeuner du court a permis aux réalisateurs et producteurs sélectionnés de rencontrer des acheteurs et programmateurs belges et étrangers.

Cette année, L’Actu des Pros a poursuivi la réflexion sur les conséquences induites par les nouvelles technologies. Elle s’est intéressée à repenser l’écosystème de production et de diffusion des contenus. Cette rencontre a été organisée avec le Cluster-TWIST et screen.brussels.

Une nouvelle Rencontre des Auteurs et des Autrices a été proposée par la SACD. Elle s’est intéressée à l’écriture de la comédie et la place du genre dans la production. A savoir, les difficultés d’écrire la comédie, mais aussi de la financer et de la vendre.

De plus, une journée de l’Industrie Audiovisuelle wallonne a été également organisée sous l’impulsion de Monsieur le ministre de l’économie, Pierre-Yves Jeholet, pour présenter les nouvelles restructurations de l’organisation du financement régional wallon du secteur audiovisuel.

Enfin, le FIFF a accueilli le Collectif Elles Font des Films et a signé la Charte de Parité s’engageant à être attentif à la parité du genre, dans les instances dirigeantes autant que dans les films sélectionnés et membres de jurys choisis. Le FIFF est le premier festival belge à signer cette charte !

Du FIFF au TAFFF

Si le volet Pro du FIFF s’adresse principalement aux professionnels, le Festival n’en oublie pas pour autant les jeunes étudiants qui seront prochainement sur le marché de l’emploi.

La Manufacture de Namur a donné l’occasion aux membres du Jury Emile Cantillon – étudiants en réalisation - de prendre part à un programme composé entre autres, de leçons de cinéma, de projections, de réflexions et de discussions sur leurs parcours et leurs visions pour leurs futures carrières.

Dans le cadre de Animons-nous !, les étudiants en animation 2D et 3D avaient étaient conviés à une conférence avec Mediarte autour des métiers de l’animation. Ils ont également eu la possibilité de rencontrer, sous forme de speed-dating, lors du Face à Face, des professionnels du secteur qui cherchent à engager de jeunes talents.

A quoi tu joues ? permettait, via différents ateliers spécifiquement conçus pour l’occasion, aux étudiants de dernière année en interprétation dramatique d’aborder plus sereinement leur future carrière et d’acquérir les outils indispensables pour celle-ci.